Donald Trump dit peut-être devoir sa vie à un traitement expérimental

WASHINGTON — Le président Donald Trump affirme qu’il aurait pu ne jamais se remettre de la COVID-19 sans traitements expérimentaux, une optique bien pire que celle qui avait été présentée par ses médecins.

En entrevue à l’émission radiophonique de Rush Limbaugh, vendredi, M. Trump a déclaré qu’il n’était «pas au sommet de (sa) forme» après avoir contracté le virus.

«Je ne me serais peut-être pas rétabli du tout» si ce n’avait été des traitements expérimentaux, a-t-il souligné.

Les commentaires du président sur la gravité de son état de santé détonnent avec l’optimisme qu’affichaient publiquement ses médecins au moment de son diagnostic et de son hospitalisation.

La Maison-Blanche avait martelé que le séjour du président à l’hôpital militaire Walter Reed n’était qu’une mesure de précaution et que ses symptômes étaient bénins.

Le 3 octobre, au lendemain de son hospitalisation, son équipe médicale avait brossé un tableau ensoleillé de la situation lors d’une conférence de presse télévisée. Le docteur Sean Conley avait souligné que le président continuait de travailler, pouvait marcher seul et respirait sans difficulté. Il s’était toutefois fait évasif, refusant à plusieurs reprises de préciser si M. Trump avait eu besoin d’un supplément d’oxygène.

Il a plus tard été révélé que M. Trump avait eu recours à de l’oxygène d’appoint avant son départ de la Maison-Blanche.

Les récents commentaires de M. Trump s’alignent davantage avec une mise à jour livrée par son chef de cabinet, Mark Meadows, peu après son hospitalisation. Ce dernier rapportait que le président avait traversé une période «très préoccupante» et que, bien que sa santé s’était améliorée, les 48 heures suivantes seraient «critiques».

Donald Trump a attribué sa guérison à un traitement expérimental à partir d’anticorps fabriqués par Regeneron Pharmaceuticals Inc. «Ça a juste anéanti le virus. Ça l’a anéanti», a-t-il soutenu. 

Les traitements expérimentaux comme celui qui a été administré à M. Trump comptent parmi les avenues les plus prometteuses pour soigner et prévenir les infections à la COVID-19. Le cocktail d’anticorps, qui doit aider le système immunitaire à combattre le virus, est toujours à l’essai. Son innocuité et son efficacité ne sont pas encore connues. Il n’y a aucun moyen pour le président ou pour ses médecins de savoir si le traitement a fait effet dans son cas.

Moins de dix patients, dont Donald Trump, ont pu avoir accès à ce traitement sans devoir participer à une étude en vertu des règles d’«usage compassionnel».

Donald Trump dit maintenant «harceler» l’agence responsable d’autoriser les produits médicamenteux aux États-Unis pour qu’elle y donne rapidement son feu vert.

Laisser un commentaire
Les plus populaires