Donald Trump offre le pardon présidentiel à Steve Bannon et 142 autres personnes

WASHINGTON — Donald Trump a offert le pardon présidentiel à son ancien stratège en chef Steve Bannon dans le cadre d’une série de pardons de dernière minute consentis à près de 150 personnes, dont des vedettes du rap et d’anciens membres du Congrès.

Les pardons et commutations de 143 personnes, dont Steve Bannon, ont été annoncés mercredi après minuit dans les dernières heures du mandat de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Donald Trump avait précédemment gracié un grand nombre d’associés et de partisans de longue date, y compris son ancien président de campagne, Paul Manafort; Charles Kushner, le père de son gendre; son ami et conseiller de longue date Roger Stone; et son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn.

Prises ensemble, ces décisions mettent en lumière la volonté de M. Trump d’exploiter le pouvoir de la présidence pour venir en aide à ses proches et à ses alliés, même si cela va à l’encontre des traditions.

On doit toutefois noter qu’on retrouve sur la plus récente liste des candidats plus conventionnels dont la cause était défendue par des militants de la justice criminelle. C’est notamment le cas d’un homme qui a passé près de 24 ans en prison pour des crimes liés à la drogue et aux armes, mais dont le comportement a été exemplaire derrière les barreaux, et celui d’un Marine condamné en 2000 dans une affaire de cocaïne.

Les noms de proches de M. Trump sont toutefois ceux qui retiennent le plus l’attention.

Steve Bannon a été accusé d’avoir dupé des milliers d’investisseurs qui pensaient que leur argent serait utilisé pour remplir la principale promesse électorale de Donald Trump de construire un mur le long de la frontière sud. Au lieu de cela, il aurait détourné plus d’un million de dollars, payant un salaire à un responsable de campagne et des dépenses personnelles pour lui-même.

Cette faveur accordée à M. Bannon est d’autant plus étonnante que son procès n’aurait débuté que dans plusieurs mois. Alors que les récipiendaires d’un pardon présidentiel sont habituellement des individus reconnus coupables qui ont déjà passé du temps en prison, cette grâce torpille les accusations contre M. Bannon et écarte toute possibilité qu’il soit puni.

Steve Bannon n’a pas répondu aux questions de l’Associated Press  mardi.

En plus de M. Bannon, M. Trump a gracié Elliott Broidy, un financier républicain qui a reconnu l’automne dernier avoir fait pression sur l’administration Trump pour faire tomber une enquête concernant un fonds d’investissement en Malaisie, et Ken Kurson, un ami de Jared Kushner reconnu coupable de cyberharcèlement en lien avec un divorce acrimonieux.

M. Trump a offert un pardon aux rappeurs Lil Wayne et Kodak Black, tous deux reconnus coupables en Floride de crimes liés aux armes à feu. M. Wayne a fréquemment offert son appui au président sortant. On retrouve aussi sur la liste le cofondateur de Death Row Records, Michael Harris, et le collectionneur d’art new-yorkais Hillel Nahmad.

M. Trump a enfin gracié trois politiciens reconnus coupables de corruption, les anciens représentants Rick Renzi et Duke Cunningham, ainsi que l’ancien maire de Détroit Kwame Kilpatrick.

– Par Jonathan Lemire, Eric Tucker et Jill Colvin The Associated Press

Laisser un commentaire