Donald Trump prête foi à une fausse conspiration sur Kamala Harris

WASHINGTON — Le président Donald Trump a prêté foi jeudi à une conspiration fausse et raciste sur l’éligibilité de Kamala Harris à la présidence américaine, alimentant une campagne de désinformation en ligne qui ressemble à celle qu’il a utilisée pour propulser son ascension politique.

S’exprimant depuis la Maison-Blanche, Donald Trump a déclaré aux journalistes qu’il avait «entendu» des rumeurs selon lesquelles Kamala Harris, une femme noire et une citoyenne née aux États-Unis dont les parents étaient immigrants, ne remplissait pas les conditions requises pour siéger à la Maison-Blanche. Le président a déclaré qu’il considérait ces rumeurs comme «très sérieuses».

Cette théorie est fausse. Kamala Harris, qui a été choisie cette semaine par Joe Biden pour servir de colistière sur le ticket démocrate, est née à Oakland, en Californie, et elle est éligible à la présidence en vertu des exigences constitutionnelles. La question n’est même pas considérée comme complexe, selon les avocats qui ont passé en revue sa situation.

«Arrêt complet, point final, fin de l’histoire, point d’exclamation, a déclaré Jessica Levinson, professeur à la Loyola Law School. Soyons honnêtes sur ce que c’est: ce n’est qu’un cliché raciste qui est mis de l’avant quand il y a un candidat de couleur dont les parents n’étaient pas citoyens.»

Donald Trump a construit sa carrière politique sur la remise en question de la légitimité d’opposants politiques. Il était une force de premier plan derrière le soi-disant «mouvement birther» — le mensonge qui remettait en question l’éligibilité du président Barack Obama, le premier président noir du pays. Ce n’est qu’après s’être fait presser de questions lors de sa campagne de 2016 que Donald Trump a désavoué ces affirmations.

Les commentaires de Donald Trump à propos de Kamala Harris jeudi s’ajoutent à une tempête d’autres affirmations fausses, racistes ou sexistes qui ont envahi les médias sociaux et les sites internet conservateurs après que Joe Biden eut choisi Kamala Harris. La campagne de désinformation se fonde sur des mensonges qui circulent depuis des mois, et qui ont été propulsés par Donald Trump et ses partisans.

Laisser un commentaire
Les plus populaires