Donald Trump signe un plan de secours massif et évite la fermeture du gouvernement

WASHINGTON — Le président Donald Trump a signé un plan de secours de 900 milliards de dollars qui fournira les liquidités recherchées depuis longtemps par des entreprises et des particuliers qui souffrent des conséquences de la pandémie. 

L’annonce permet d’éviter la fermeture du gouvernement et de mettre fin à des jours d’incertitude durant lesquels le président sortant refusait d’accepter l’accord bipartisan.

Le projet de loi massif comprend 1,4 billion de dollars pour financer les agences gouvernementales jusqu’en septembre et contient d’autres priorités de fin de session telles que du financement  pour les systèmes de transport en commun en manque d’argent et une augmentation du financement d’un programme de bons alimentaires. 

Donald Trump a annoncé la signature dans une déclaration dimanche soir dans laquelle il a encore exprimé ses frustrations concernant le plan qui prévoit des chèques de 600$  pour les familles dans le besoin et non des chèques de 2000$ comme il le souhaitait.  

Ses collègues républicains ont refusé le montant de 2000$. Il s’est également plaint de ce qu’il considérait comme des dépenses inutiles de la part du gouvernement dans son ensemble.

Mais les objections de Donald Trump à la onzième heure ont créé des inquiétudes parce que les législateurs croyaient qu’il soutenait le projet de loi, qui avait été négocié pendant des mois avec la participation de la Maison-Blanche.

«Je vais signer le plan de relance Omnibus en envoyant un message fort qui indique clairement au Congrès que les articles inutiles doivent être supprimés», a déclaré  Donald Trump dans le communiqué. 

Le président a insisté sur le fait qu’il enverrait au Congrès une version modifiée avec des éléments à supprimer, mais le projet de loi, tel que signé, ne serait pas nécessairement modifié. 

Les législateurs ont maintenant une marge de manœuvre pour continuer à débattre de la question du montant des chèques aux familles dans le besoin. 

La Chambre, dirigée par les démocrates, soutient l’idée d’un montant plus important et devrait voter sur la question lundi, mais le Sénat, dirigé par des républicains qui refusent d’augmenter les dépenses, devrait s’y opposer. 

Les républicains et les démocrates ont rapidement salué la décision de Donald Trump de signer le projet de loi. «Le projet de loi de compromis n’est pas parfait, mais il fera énormément de bien aux citoyens du Kentucky et aux Américains en difficulté à travers le pays qui ont besoin d’aide maintenant», a déclaré le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell.  

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a qualifié la signature de «bonne nouvelle pour les quatorze millions d’Américains qui viennent de perdre la bouée de sauvetage que représente les allocations de chômage pendant le week-end de Noël, et pour les millions d’autres qui luttent pour rester à flot pendant cette pandémie historique et cette crise économique. »

Mais d’autres ont critiqué le temps pris par Donald Trump pour transformer le projet de loi en loi. Le représentant démocrate Gerry Connolly a accusé Donald Trump d’avoir «joué à la roulette russe avec des vies américaines. Un endroit familier et confortable pour lui.»

Le leader démocrate au Sénat Chuck Schumer a déclaré qu’il proposerait au Sénat la proposition de Donald Trump d’émettre des chèques de 2000 dollars- mettant les républicains sur la défensive.

«La Chambre adoptera un projet de loi pour donner aux Américains des chèques de 2 000 $. Ensuite, je vais passer à l’adoption au Sénat », a tweeté Chuck Schumer. «Aucun démocrate ne s’y opposera. Les républicains du Sénat?»

Les démocrates promettent davantage d’aide une fois que le président élu Joe Biden entrera en fonction. 

Face à des difficultés économiques croissantes, à la propagation du coronavirus et à un arrêt imminent du gouvernement, les législateurs avaient exhorté dimanche Donald Trump à signer la législation immédiatement, puis à demander au Congrès de lui apporter une aide supplémentaire. 

Outre les allocations de chômage et les allocations de secours aux familles, du financement pour la distribution de vaccins, pour les entreprises, pour les systèmes de transport en commun et pour d’autres services publics était en jeu. Les protections contre les expulsions étaient également en jeu. 

«Ce que fait le président en ce moment est incroyablement cruel», avait déclaré le sénateur Bernie Sanders, . «Tant de gens souffrent… C’est vraiment insensé et ce président doit enfin … faire ce qu’il faut pour le peuple américain et arrêter de s’inquiéter pour son ego.» 

Avant la ratification, le sénateur républicain Pat Toomey de Pennsylvanie avait déclaré qu’il comprenait que Donald Trump «veut qu’on se souvienne de lui pour avoir distribué de gros chèques, mais le danger est qu’on se souvienne de lui pour le chaos, la misère et le comportement erratique s’il laisse cela expirer.»

– Par The Associated Press

Laisser un commentaire