Données transmises à Cambridge Analytica: Meta paiera 725 millions $ US en règlement

SAN FRANCISCO — La société mère de Facebook a accepté de payer 725 millions $ US pour régler un procès alléguant que la plus grande plateforme de médias sociaux au monde a permis à des millions d’informations personnelles de ses utilisateurs d’être transmises à Cambridge Analytica, une entreprise qui a soutenu la campagne présidentielle victorieuse de Donald Trump en 2016 aux États-Unis.

Les termes du règlement conclu par Meta Platforms, la société de portefeuille de Facebook et Instagram, ont été divulgués dans des documents judiciaires déposés jeudi soir. Il devra encore être approuvé par un juge lors d’une audience du tribunal fédéral de San Francisco prévue en mars.

L’affaire est née de révélations de 2018 selon lesquelles Cambridge Analytica, une entreprise liée au stratège politique de Donald Trump, Steve Bannon, avait payé un développeur d’applications Facebook pour accéder aux informations personnelles d’environ 87 millions d’utilisateurs de la plateforme. Ces données ont ensuite été utilisées pour cibler les électeurs américains lors de la campagne de 2016 qui a abouti à l’élection de M. Trump en tant que 45e président.

Le tumulte suscité par les révélations a conduit un Mark Zuckerberg repentant devant les législateurs américains lors d’une audience très médiatisée au Congrès et a incité les gens à supprimer leurs comptes Facebook. Même si la croissance de Facebook a stagné alors que de plus en plus de personnes se connectent et se divertissent sur des services concurrents tels que TikTok, le réseau social compte toujours environ 2 milliards d’utilisateurs dans le monde, dont près de 200 millions aux États-Unis et au Canada.

Le procès, qui cherchait à être certifié en tant que recours collectif représentant les utilisateurs de Facebook, avait affirmé que la violation de la vie privée prouvait que Facebook était un «courtier de données et une société de surveillance», ainsi qu’un réseau social.

Les deux parties sont parvenues à un accord de règlement temporaire en août, quelques semaines seulement avant la date limite du 20 septembre pour que le chef de la direction de Meta, Mark Zuckerberg, et sa directrice de l’exploitation de longue date, Sheryl Sandberg, se soumettent aux dépositions.

La société établie à Menlo Park, en Californie, a déclaré vendredi dans un communiqué qu’elle recherchait un règlement parce qu’il était dans le meilleur intérêt de sa communauté et de ses actionnaires.

«Au cours des trois dernières années, nous avons réorganisé notre approche de la confidentialité et mis en œuvre un programme complet de confidentialité, a déclaré la porte-parole Dina El-Kassaby Luce. Nous sommes impatients de continuer à développer des services que les gens aiment et auxquels ils font confiance, en mettant la confidentialité au premier plan.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.