Double meurtre: pas de possibilité de libération avant 18 ans pour Gélinas

MONTRÉAL — L’ancien militaire Guillaume Gélinas, accusé du meurtre de son père et de sa belle-mère, a écopé lundi d’une peine de prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 18 ans.

Comme l’homme de 26 ans a plaidé coupable lundi à deux accusations de meurtre au second degré, la peine de prison à perpétuité était automatique. Il restait au juge à décider quand il pourrait demander une libération conditionnelle.

Le juge Michel Pennou, de la Cour supérieure, a donné suite à la suggestion commune de la Couronne et de la défense qui ont recommandé qu’il ne puisse être libéré avant une période de 18 ans.

Gélinas, un résidant de Joliette, avait été accusé des meurtres prémédités de son père Luc Gélinas, âgé de 54 ans, et de la conjointe de celui-ci, Julie Lemieux, âgée de 35 ans.

Les deux conjoints ont été assassinés dans leur résidence de Terrebonne le 13 février 2014.

Le jeune militaire de l’Armée canadienne, qui avait combattu en Afghanistan, avait été appréhendé dans les heures suivant les tragiques événements.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie