Doug Ford doit subir un test de dépistage de la COVID-19

TORONTO — Le premier ministre ontarien, Doug Ford, doit subir un test de dépistage de la COVID-19, mercredi, après que son ministre de l’Éducation eut appris qu’il était entré en contact avec une personne infectée.

M. Ford avait tenu une conférence de presse conjointe avec Stephen Lecce pas plus tard que la veille pour annoncer leur plan de réouverture des services de garde. La ministre de la Santé, Christine Elliott, était également présente.

Selon le bureau de M. Lecce, il a été avisé mardi de son exposition à une personne porteuse du virus et s’est donc fait dépister. Son test n’a toutefois pas détecté la maladie.

Une porte-parole du premier ministre indique que Mme Elliott et M. Ford doivent maintenant se faire tester à leur tour et rester à l’affût de tout symptôme «par excès de prudence». Ils ont donc pris congé de leur conférence de presse habituelle mercredi.

Ni le cabinet du premier ministre ni l’attachée de presse de M. Lecce n’a précisé comment il avait été exposé à un cas confirmé de COVID-19. Le cabinet du premier ministre n’a pas non plus voulu confirmer si M. Ford s’était isolé en attendant les résultats du test de son ministre.

Les autorités provinciales de santé publique ne recommandent pas de se soumettre à un test de dépistage immédiatement après avoir possiblement contracté le virus. Sur son site web, l’Hôpital Michael Garron de Toronto suggère plutôt de se faire tester de quatre à huit jours après une exposition possible en raison de la période d’incubation de la COVID-19.

Bilan

L’Ontario a signalé mercredi 251 nouveaux cas de COVID-19 et 11 autres décès.

Cela porte le bilan provincial à 31 341 cas confirmés depuis le début de la pandémie, dont 2475 décès et 25 380 guérisons, soit 551 de plus que la veille.

On dénombre donc 300 cas actifs de moins que mardi, ce qui marque la première fois que la proportion de cas résolus est supérieure à 80 % dans la province.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a écrit sur Twitter que 59 des nouveaux cas sont liés à une éclosion dans le sud-ouest de l’Ontario et que la «grande majorité» des cas restants ont été signalés dans le Grand Toronto.

La plupart des régions de la province à l’extérieur du Grand Toronto et de Hamilton ainsi que certaines collectivités frontalières devraient entrer dans la deuxième phase de réouverture vendredi.

Le nombre de personnes hospitalisées a continué de diminuer, passant de 600 à 580 — le plus bas niveau rapporté depuis le début du mois d’avril.