Doug Ford «sous le choc» de la poursuite intentée par la veuve de son frère

TORONTO — Le controversé ex-maire de Toronto Rob Ford est revenu dans l’actualité mardi alors que son frère, Doug Ford, a accusé la veuve de celui-ci de profiter de la campagne électorale en Ontario pour lui extorquer de l’argent.

Le chef du Parti progressiste-conservateur fait face à une poursuite intentée par sa belle-soeur, qui l’accuse d’avoir mal géré l’héritage de Rob Ford et d’avoir détruit la valeur de l’entreprise familiale — des allégations que Doug Ford a plusieurs fois niées, assurant qu’il n’avait jamais abandonné Renata Ford et ses deux enfants.

M. Ford a dit que sa famille était «sous le choc» qu’une telle poursuite survienne à quelques jours de l’élection. Il a ajouté qu’il laisserait les électeurs «décider des motivations» de sa belle-soeur.

Doug Ford prétend que les avocats de Renata Ford l’avaient déjà prévenu de lui verser de l’argent, sans quoi elle rendrait publiques les allégations.

Les avocats de Mme Ford, Don Jack et Martin Henderson, n’ont pas voulu commenter l’affaire.

«Martin et moi dirons ce que nous avons à dire en cour, et nous en parlerons avec M. Ford là-bas», a affirmé M. Jack dans un courriel.

Les adversaires de M. Ford dans la course électorale ontarienne ont évoqué la poursuite pour le discréditer.

«Si ces allégations sont vraies, (cela signifie que) c’est une personne qui ne traite pas la veuve de son frère et ses enfants d’une façon très positive», a souligné la chef néo-démocrate Andrea Horwath.

La chef libérale Kathleen Wynne a appelé le chef progressiste-conservateur à clarifier la situation de son entreprise.

«Il doit être ouvert sur la situation de son entreprise, parce que c’est avec cette qualification qu’il fait campagne, en disant qu’il est un homme d’affaires et qu’il sait comment gérer une entreprise et que cela le qualifierait pour devenir premier ministre, mais si cela est remis en question… Il doit être clair sur son entreprise.»