Douze personnes accusées à la suite de la manif contre le débat Bannon-Frum

TORONTO — La police de Toronto a annoncé, samedi, que deux agents avaient été blessés et 12 personnes inculpées à la suite d’une manifestation contre un débat controversé mettant en vedette l’ancien stratège de la Maison-Blanche Steve Bannon dans la Ville Reine vendredi soir.

Le porte-parole de la police de Toronto, Gary Long, a indiqué que les accusations comprenaient intrusion, inconduite et voie de fait contre un policier. Il n’a pas révélé l’identité des accusés ni précisé quelles accusations avaient été déposées contre qui.

M. Long a raconté qu’un policier avait reçu un coup de poing et qu’un autre avait été frappé avec un bâton durant la manifestation, qui a retardé d’une demi-heure le début du débat au Roy Thomson Hall vendredi soir.

Les manifestants se sont rassemblés devant la salle située dans le centre-ville de Toronto avant l’événement, durant lequel Steve Bannon et le commentateur conservateur David Frum ont discuté du rôle du populisme en politique dans le cadre de la série Munk Debates.

Des vidéos publiées sur les médias sociaux montrent les agents utiliser des bâtons pour contenir la foule à l’extérieur de la salle. Sur une photo, on peut également voir un policier avoir recours à un vaporisateur de poivre de Cayenne.

Gary Long a refusé de commenter les vidéos et les photos, affirmant qu’il ne les avait pas vues.

Les détracteurs du débat avaient demandé aux organisateurs d’annuler l’événement, accusant M. Bannon d’être un suprémaciste blanc et soutenant qu’il ne fallait pas lui donner une tribune pour exprimer ses opinions.

L’homme de 64 ans, l’ancien directeur général du site de nouvelles de droite Breitbart News, a aidé Donald Trump à remporter l’élection présidentielle américaine de 2016 et a agi comme stratège en chef de la Maison-Blanche pendant huit mois, soit jusqu’en août 2017. Certains de ses opposants lui ont reproché d’être raciste et antisémite, ce qu’il nie.

Durant le débat, Steve Bannon a répété que M. Trump et ses partisans n’étaient pas racistes et a avancé que les populistes étaient les vrais antifascistes parce que le fascisme voue un culte à l’État.

M. Frum, rédacteur principal pour le magazine «The Atlantic» et ancien rédacteur de discours pour l’ex-président américain George W. Bush, a pour sa part déclaré que Donald Trump et le populisme ne devraient pas être la solution choisie pour remédier aux maux de la démocratie libérale.

L’homme de 58 ans a accusé MM. Bannon et Trump d’avoir eu recours à des mots codés pour susciter de l’antipathie au sein de la population envers les juifs, les Afro-Américains et les immigrants, ce que l’ancien stratège a nié.

Le débat s’est terminé en match nul, aucun des participants n’ayant réussi à convaincre l’ensemble de l’auditoire d’adhérer à son point de vue.

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie