Dre Tam:«il faudra plus que de la distance physique et du lavage des mains»

OTTAWA — L’administratrice en chef de la santé publique du Canada a averti lundi qu’il y avait encore beaucoup de choses que nous ignorons sur le virus qui cause la COVID-19, et que pour arrêter cette pandémie ou en prévenir une future, il faudra plus que de la simple distance physique et du lavage des mains.

La Dre Theresa Tam a déclaré que nous ne savons tout simplement pas encore si une personne qui a été atteinte de la COVID-19 sera immunisée contre cette infection ni combien de temps durera cette immunité. L’Organisation mondiale de la santé a averti la semaine dernière qu’il était prématuré de donner le feu vert pour reprendre les activités normales aux personnes qui se sont rétablies de la COVID-19, car il existe des preuves que certains patients ont contracté le nouveau coronavirus une deuxième fois.

La Dre Tam a précisé lundi qu’il s’agissait de questions cruciales auxquelles le groupe de travail sur l’immunité dont elle fait partie tentait de répondre alors que le Canada essaie de prendre des décisions importantes sur la façon de lever les restrictions extrêmes sur les rassemblements publics sans ouvrir grand la porte à un virus qui pourrait se propager rapidement parmi la population.

Selon Theresa Tam, pour arrêter la COVID-19 et pour mieux se préparer à la prochaine vague de ce virus ou d’un autre virus qui causerait une pandémie mondiale, le Canada doit agir immédiatement pour remédier aux conditions «sociales, culturelles et économiques» qui contribuent à permettre à la COVID-19 d’affecter de manière disproportionnée les populations vulnérables et les travailleurs essentiels.

«Les mauvaises bibittes ne disparaissent pas, donc si nous voulons mettre fin à la tragédie de l’augmentation des taux de maladies et de décès dans les populations vulnérables, nous devons faire les choses correctement, dès maintenant», a déclaré Theresa Tam lors de son breffage régulier à Ottawa.

«Ce n’est pas seulement le problème de quelqu’un d’autre ou le chagrin de quelqu’un d’autre. Les inégalités nous touchent et affectent la santé et le bien-être en société de tous les Canadiens tout comme elles diminuent notre humanité.»

Alors que de nombreuses communautés semblent maîtriser la transmission communautaire, le virus continue de causer des conséquences tragiques dans les logements où vivent plusieurs personnes, comme les foyers de soins de longue durée, les refuges pour sans-abri et les prisons.

Jusqu’à présent, au moins la moitié des Canadiens décédés de cette maladie vivaient dans des foyers de soins de longue durée, et en Ontario et au Québec, plus de trois décès sur quatre sont liés à ces établissements.

Les deux provinces ont demandé l’aide des militaires, car ce ne sont pas seulement ceux qui vivent dans ces maisons qui sont vulnérables, mais aussi ceux qui s’en occupent.

L’Ontario a signalé ce week-end que 1181 membres du personnel des foyers de soins de longue durée sont malades.

Le Québec affirme que 4000 travailleurs de la santé ont été déclarés positifs et 5500 autres sont isolés.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré la semaine dernière qu’il y aura des questions difficiles à se poser sur la vulnérabilité des aînés face au virus, et comment la situation a dégénéré au point que nous devons appeler des militaires à l’aide.

Les salaires pourraient faire partie du problème du recrutement et du maintien d’un personnel qualifié – l’Ontario et le Québec ont augmenté le salaire horaire des travailleurs essentiels ce mois-ci.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a également montré du doigt les opérateurs privés, affirmant la semaine dernière qu’il envisageait de nationaliser tous les foyers de soins.

Il a également déclaré que ces établissements avaient besoin de plus de travailleurs et d’espace pour séparer les résidents et empêcher le virus de se propager comme une traînée de poudre.

La Croix-Rouge canadienne a contribué à transformer un aréna de LaSalle en hôpital temporaire, où des résidents de CHSLD atteints de la COVID-19 seront traités.

Theresa Tam a indiqué que l’idée de déplacer des patients malades dans d’autres lieux était également discutée ailleurs au pays, mais elle a ajouté que ce genre d’opération était compliquée en raison du niveau élevé de soins dont beaucoup de ces patients ont besoin.

Le député néo-démocrate de l’Ontario, Charlie Angus, a déclaré que les changements à venir, lorsque la crise sanitaire sera terminée, doivent inclure une refonte complète des piliers de la mondialisation et de la privatisation sur lesquels l’économie canadienne s’est bâtie.

«Ce qui est stupéfiant à propos de ce virus, c’est que tous les mythes sur notre économie se sont effondrés presque du jour au lendemain», a déclaré Charlie Angus. «Des millions de personnes, en une semaine, ont manqué d’argent pour payer le loyer.»

Les chaînes d’approvisionnement mondiales pour les équipements médicaux essentiels nous ont fait défaut et nos alliés ont pris sous nos pieds, l’équipement que nous avons commandé, a déclaré le député.

Le NPD lancera un groupe de travail cette semaine qui aura pour mandat de consulter le public et certains des plus grands experts du Canada en économie et en finance, afin de comprendre ce qui a mal tourné et comment nous pouvons y remédier.

Les plus populaires