É-U: le projet de loi sur le mariage homosexuel a franchi un obstacle majeur au Sénat

WASHINGTON — La législation visant à protéger les mariages homosexuels et interraciaux a franchi un obstacle majeur au Sénat mercredi, mettant le Congrès sur la bonne voie pour passer à l’étape historique consistant à garantir que ces unions soient inscrites dans la loi fédérale.

Douze républicains ont voté avec tous les démocrates pour faire avancer la législation, ce qui signifie qu’un vote final pourrait avoir lieu dès cette semaine ou plus tard ce mois-ci. Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a déclaré que le projet de loi garantissant que les unions sont légalement reconnues par la loi est l’occasion pour le Sénat de «se montrer à la hauteur de ses plus grands idéaux» et de protéger l’égalité du mariage pour tous.

«Cela fera de notre pays un endroit meilleur et plus juste où vivre», a déclaré M. Schumer, soulignant que sa propre fille et sa conjointe attendent un bébé l’année prochaine.

Les démocrates du Sénat agissent rapidement pour adopter le projet de loi alors que le parti contrôle toujours la Chambre. Les républicains sont sur le point de remporter la majorité à la Chambre et il est peu probable qu’ils abordent la question l’année prochaine.

Le projet de loi a pris de l’ampleur depuis la décision de juin de la Cour suprême qui a annulé l’arrêt Roe c. Wade et le droit fédéral à l’avortement. À l’époque, le juge Clarence Thomas avait partagé son opinion qui suggérait qu’une décision antérieure de la Haute Cour protégeant le mariage homosexuel pourrait également être menacée.

La législation abrogerait la loi sur la défense du mariage de l’ère Clinton et obligerait les États à reconnaître tous les mariages légaux là où ils ont été célébrés. La nouvelle loi sur le respect du mariage protégerait également les mariages interraciaux en obligeant les États à reconnaître les mariages légaux indépendamment du «sexe, de la race, de l’ethnie ou de l’origine nationale».

Le Congrès a pris des mesures pour protéger le mariage homosexuel, car le soutien du grand public – et des républicains en particulier – a fortement augmenté ces dernières années, la décision Obergefell c. Hodges de la Cour suprême en 2015 ayant légalisé le mariage homosexuel dans tout le pays. Un sondage récent a révélé que plus des deux tiers du public soutiennent les unions homosexuelles.

Pourtant, de nombreux républicains au Congrès ont été réticents à soutenir la législation. Les démocrates ont retardé l’examen du projet de loi jusqu’après les élections de mi-mandat, espérant que cela soulagerait la pression politique sur certains sénateurs du Parti républicain qui pourraient hésiter.

Soutien croissant

Un amendement proposé au projet de loi, négocié par les partisans pour rallier davantage de républicains, préciserait qu’il n’affecte pas les droits des particuliers ou des entreprises qui sont déjà inscrits dans la loi. Un autre amendement préciserait qu’un mariage est entre deux personnes afin de parer à certaines critiques d’extrême droite selon lesquelles la législation pourrait approuver la polygamie.

Trois républicains ont déclaré très tôt qu’ils soutiendraient la législation et ont fait pression sur leurs collègues du Parti républicain pour qu’ils la soutiennent : la sénatrice du Maine Susan Collins, le sénateur de Caroline du Nord Thom Tillis et le sénateur de l’Ohio Rob Portman.

«La loi fédérale actuelle ne reflète pas la volonté ou les croyances du peuple américain à cet égard, a déclaré le sénateur Portman avant le vote. Il est temps que le Sénat tranche la question.»

Le soutien croissant des républicains à cette question est un contraste frappant par rapport à la situation d’il y a dix ans, lorsque de nombreux républicains s’opposaient vivement aux mariages homosexuels. La législation a été adoptée par la Chambre lors d’un vote en juillet avec le soutien de 47 républicains – un nombre plus important que prévu qui a donné un coup de pouce à la mesure au Sénat.

Mardi, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est devenue le dernier groupe de tendance conservatrice à soutenir la législation. Dans une déclaration, le groupe religieux basé dans l’État du Utah a déclaré que la doctrine de l’église continuerait à considérer les relations homosexuelles comme contraires aux commandements de Dieu, mais qu’elle soutiendrait les droits des couples homosexuels tant qu’ils n’enfreindraient pas le droit des groupes religieux à croire comme ils l’entendent.

La sénatrice du Wisconsin Tammy Baldwin, une démocrate qui est la première sénatrice ouvertement homosexuelle et travaille sur les questions des droits des homosexuels depuis près de quatre décennies, a déclaré que la nouvelle ouverture de nombreux républicains sur le sujet lui rappelait «l’arc du mouvement LBGTQ au début, lorsque les gens n’étaient pas visibles et que les gens connaissaient les homosexuels par des mythes et des stéréotypes».

À mesure que davantage d’individus et de familles sont devenus visibles, les cœurs et les esprits ont changé, a indiqué Mme Baldwin. «Et lentement, les lois ont suivi, a-t-elle dit. C’est l’histoire.»

___

Sam Metz de l’Associated Press a contribué à cette dépêche.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.