Eau: l’Ontario veut donner un pouvoir de veto effectif aux municipalités

TORONTO — L’Ontario compte accorder aux municipalités un droit de veto effectif sur les nouveaux permis d’embouteillage d’eau. Les autorités souhaitent aussi établir des nouvelles règles et des priorités quant à l’utilisation de l’eau dans la province.

Ces changements récemment annoncés surviennent trois ans après la promulgation par le précédent gouvernement libéral d’un moratoire sur les nouveaux et anciens permis pour prélever de l’eau pour à des fins commerciales.

Le géant de l’eau en bouteille Nestlé a récemment acheté un puits près de Guelph, même si le comté de Wellington-Centre désirait l’obtenir pour son futur approvisionnement en eau potable.

En plus de prolonger le moratoire, le gouvernement progressiste-conservateur avait demandé une étude indépendante sur le prélèvement d’eau en Ontario. Si celle-ci juge que la situation actuelle a des impacts «négligeables» sur l’approvisionnement, elle suggère d’autres façons de gérer l’eau lorsque ceux-ci sont limités.

«Nous ne pouvons pas tenir notre eau pour acquise. Il s’agit d’une ressource essentielle à notre santé et à notre bien-être, ainsi qu’au mode de vie dont nous profitons tous, a déclaré le ministre de l’Environnement, Jeff Yurek, dans un communiqué. Les Ontariens peuvent se fier au fait que de bonnes politiques, fondées sur des données scientifiques et probantes de qualité, protègent nos ressources en eau. Nous devons cependant toujours être prêts à nous adapter.»

Parmi les propositions, les entreprises désirant obtenir un permis pour prélever de l’eau à des fins commerciales devront obtenir le soutien de la municipalité.

Le gouvernement veut établir des priorités quant à l’utilisation de l’eau dans la province, notamment là «où la viabilité de l’approvisionnement en eau préoccupe».

La proposition reçoit les éloges de certains défenseurs de l’environnement, qui avaient fait pression sur le gouvernement pendant des années pour renforcer les politiques.

«Ma première pensée a été qu’après deux ans de démantèlement du gouvernement sur la protection de l’environnement, il a présenté une proposition ici qui incorpore en fait certaines des recommandations clés que j’ai présentées, a déclaré le chef du Parti vert, Mike Schreiner. J’en suis donc ravi.»

Kelsey Scarfone, la directrice du programme d’eau à Environmental Defence, a déclaré que le gouvernement semblait avoir écouté le public.

«C’est un moment important de notre lutte, a-t-elle soutenu. Cela nous oriente dans la bonne direction.»

L’Association canadienne des eaux embouteillées a déclaré qu’elle formulera plus tard ses commentaires.

La population est invitée à s’exprimer jusqu’au 2 août sur ce sujet sur le Registre environnemental.