Éclosions: le ministre de la Santé déploie des «SWAT TEAMS» dans quatre CHSLD

Insatisfait des explications des gestionnaires, Québec déploie des «SWAT TEAMS» dans quatre CHSLD du Québec où les éclosions de la COVID-19 sont significatives.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, espère que ces équipes terrain d’urgence permettront de colmater les brèches et de remettre la situation sous contrôle.

Les établissements visés sont situés en Estrie, dans la région de Québec, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Montérégie. La proportion de résidants infectés y oscille entre 32 % et 76 %.

Lorsque le ministre a tenté de comprendre pourquoi ces éclosions ont pris une telle ampleur, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) lui aurait répondu que «les protocoles ont été suivis» et que d’autres facteurs pourraient être mis en cause dans ces cas, par exemple la vétusté des établissements ou encore la pénurie de main-d’oeuvre.

M. Dubé a alors demandé le déploiement d’équipes d’urgence sur le terrain pour examiner l’application des protocoles de prévention et de contrôle des infections (PCI), a indiqué sa porte-parole, Marjaurie Côté-Boileau, dans une déclaration écrite. Il aurait également exigé qu’on lui fournisse une chronologie complète des événements pour ces milieux, ce qui est en cours d’élaboration.

En point de presse, le ministre a expliqué que les directeurs généraux de chaque CHSLD sont imputables. Les rapports demandés permettront de comprendre si les contrôles en prévention ont été suivis.

Si ça n’a pas été le cas, «il y a des gestes qui vont être posés», a promis M. Dubé, précisant qu’il aura dans les prochains jours «une explication très claire sur les quatre cas et s’il y a des mesures à prendre».

Selon lui, il est essentiel de «continuer de faire un énorme travail de PCI» et d’appuyer les employés. Ils sont souvent fatigués et ont besoin d’être encouragés, a-t-il noté.

Heureusement, les efforts portent fruit. Dans les CHSLD, «on a huit fois moins de contamination après 50 jours qu’on avait dans la première vague», a illustré le ministre.

Ce n’est pas la première fois que des équipes d’urgence sont mises à contribution lors d’éclosions. Ça a notamment été le cas à Saint-Jérôme et Saint-Eustache, dans les Laurentides, et elles auraient permis de redresser la situation.

CHSLD de Lambton (Estrie), 22 cas (76 % des résidants), 6 décès

CHSLD du Fargy (Capitale-Nationale) 38 cas (69% des résidants), 5 décès

CHSLD Isidore-Gauthier (Saguenay-Lac-Saint-Jean) 16 cas (47% des résidants), 7 décès

CHSLD Sainte-Croix (Montérégie-Centre) 37 cas (32% des résidants), 13 décès

– Texte de l’Initiative de journalisme local.

Laisser un commentaire