Écrasement à Senneterre: le pilote désorienté par les conditions météo, selon le BST

GATINEAU, Qc — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) conclut que le pilote d’un avion américain qui avait dévié de sa trajectoire avant de s’écraser en Abitibi-Témiscamingue, en juillet 2019, avait été désorienté par les mauvaises conditions météorologiques.

Le BST rappelle dans un rapport publié jeudi qu’il est risqué de piloter selon les règles de «vol à vue» lorsque les conditions météorologiques sont défavorables. «Le fait de voler dans de mauvaises conditions de visibilité a probablement entraîné une désorientation spatiale du pilote et, par la suite, une collision de l’aéronef avec le relief», conclut le BST.

Le pilote de l’appareil Beechcraft Bonanza V35B, qui était seul à bord, a subi des blessures mortelles et l’aéronef a été détruit dans l’écrasement, au nord-est de Senneterre. L’Aviation royale canadienne a retrouvé l’avion porté disparu quatre jours plus tard, dans la région de Val-d’Or.

Le pilote, qui devait relier Oshkosh, au Wisconsin, à Danbury, au Connecticut, a dû se dérouter vers le nord pour éviter une tempête, le 29 juillet 2019. Selon le BST, le profil de vol et les données météorologiques suggèrent que le pilote a dévié de plus de 350 milles marins au nord de sa trajectoire prévue pour tenter de contourner ou de dépasser un front mouvant d’orages et d’éclairs.

Le rapport du BST indique que «de nombreuses déviations et corrections de cap se sont toutes révélées infructueuses pour soit traverser le phénomène météorologique, soit pour retrouver une trajectoire appropriée vers la destination d’origine».

L’enquête met également en évidence le fait que «si les pilotes n’ont pas d’expérience récente de vol dans des conditions météorologiques de vol aux instruments, ils ne possèdent peut‑être pas les compétences et les aptitudes requises pour le faire, ce qui augmente le risque de perte de contrôle et d’accident», indique le BST.

Laisser un commentaire