Écrasement d’avion en Iran: 63 Canadiens figurent parmi les 176 personnes tuées

SHAHEDSHAHR, Iran — Soixante-trois Canadiens figurent parmi les 176 victimes de l’écrasement mercredi matin en Iran d’un avion Boeing 737-800 exploité par la compagnie Ukraine International Airlines.

Vadym Prystaiko, le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, a ajouté que parmi les autres personnes tuées se trouvaient 82 Iraniens, 11 Ukrainiens, dix Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques. Personne n’a survécu à l’écrasement.

Le premier ministre Justin Trudeau a transmis une déclaration, en milieu d’avant-midi, dans laquelle il se dit «choqué et attristé» par l’accident et offre ses condoléances et celles de sa famille aux proches des victimes.

«Notre gouvernement continuera de travailler de près avec ses partenaires internationaux pour veiller à ce qu’une enquête approfondie relative à cet écrasement soit menée et pour que les Canadiens trouvent réponse à leurs questions», a-t-il déclaré.

«Aujourd’hui, je tiens à rassurer tous les Canadiens : notre plus grande priorité est votre sécurité. Nous sommes également de tout cœur avec les autres pays qui pleurent la perte de leurs citoyens.»

Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a de son côté réagi sur Twitter en assurant qu’il était de tout coeur avec les proches des victimes, ajoutant qu’il avait été en contact avec le gouvernement de l’Ukraine.

Pour sa part, Payman Paseyan, un membre de la communauté irano-canadienne d’Edmonton, a affirmé que de nombreux résidants de la ville étaient à bord de l’avion et qu’il connaissait personnellement plusieurs des passagers.

M. Paseyan, un ancien président de la Société du patrimoine iranien d’Edmonton, a ajouté que la communauté iranienne de la ville était déjà très inquiète des répercussions des vives tensions entre l’Iran et les États-Unis, en particulier à propos de leurs proches qui vivent encore en Iran.

L’appareil avait quitté l’Aéroport international Imam Khomeini de Téhéran avec près d’une heure de retard pour se rendre à Kiev, la capitale ukrainienne. Il aurait cessé de transmettre toute donnée de vol immédiatement après son décollage.

Selon les autorités iraniennes et ukrainiennes, un problème mécanique pourrait être à l’origine de la chute de l’avion qui s’est échoué à Shahedshahr, dans une zone agricole à l’extérieur de Téhéran. Le Boeing 737-800 ne volait que depuis trois ans et demi.

Yevhen Dykhne, président de Ukraine International Airlines, a affirmé peu après l’accident que l’avion était l’un des meilleurs de la flotte de la compagnie et que l’équipage était très fiable.   

Ukraine International Airlines a par la suite suspendu tous ses vols à destination de Téhéran.

Les autorités iraniennes ont affirmé avoir trouvé parmi les débris de l’avion les deux boîtes noires contenant notamment l’enregistrement des conversations de l’équipage du poste de pilotage.

L’écrasement est survenu quelques heures à peine après l’attaque de missiles balistiques de l’Iran contre deux bases militaires en Irak, où se trouvaient des soldats américains et d’autres États alliés. Ces tirs constituent une réplique à l’assassinat du général responsable des Gardiens de la révolution, Qassem Soleimani, par les États-Unis.

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a transmis ses condoléances aux familles des victimes de l’écrasement. Il a aussi ordonné une inspection générale de tous les avions civils ukrainiens.