Écrasement d’un hélicoptère Cyclone en Grèce: un problème de logiciel en cause

OTTAWA — Une enquête militaire a déterminé que c’est un problème logiciel qui a joué un rôle majeur dans l’accident mortel d’un hélicoptère Cyclone au large des côtes grecques, l’année dernière.

Alors qu’un pilote guidait l’hélicoptère de la Marine canadienne pour une manœuvre complexe de virage à basse altitude, le pilote automatique intégré a pris le contrôle et a précipité l’appareil dans la mer Ionienne, tuant les six militaires à bord, le 19 avril 2020. Le pilote n’avait reçu aucune formation et aucun indicateur dans la cabine de pilotage ne l’a averti de la réaction du système de pilote automatique dans «un ensemble de circonstances bien précis», indique le ministère de la Défense dans un communiqué.

L’écrasement du «Stalker 22», le 29 avril 2020, constituait le troisième incident impliquant un hélicoptère Cyclone. Dans un premier cas, en 2017, un logiciel défectueux avait été blâmé pour la chute soudaine, de plusieurs centaines de pieds, d’un Cyclone lors d’un vol d’essai. Dans l’autre cas, en février 2019, un hélicoptère de ce type avait atterri «brutalement» sur un navire. Après l’incident de 2017, plusieurs restrictions avaient été imposées aux hélicoptères Cyclone, interdisant notamment aux équipages d’effectuer certaines manœuvres.

Le plus récent rapport énumère plusieurs recommandations, notamment la nécessité de modifier le logiciel de commande de vol et d’établir un groupe de travail pour examiner les exigences opérationnelles concernant les manœuvres de virage complexes pour le nouveau CH-148 Cyclone.

Les Cyclone sont généralement déployés à bord de frégates canadiennes et utilisés pour la recherche et le sauvetage, la surveillance et la guerre anti-sous-marine. Dans ce cas-ci, l’hélicoptère effectuait un vol à partir du navire Fredericton, de la Marine canadienne, en tant qu’élément du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

Le caporal-chef Matthew Cousins, l’enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough, le capitaine Kevin Hagen, le capitaine Brenden MacDonald, le capitaine Maxime Miron-Morin et l’enseigne de vaisseau de 1re classe Matthew Pyke ont tous perdu la vie lorsque l’appareil s’est abîmé en mer derrière le Fredericton.

Le rapport indique que des tests n’ont pas été effectués lors de la certification de l’hélicoptère pour identifier ce qui se passerait si un pilote contournait le pilote automatique plus que «momentanément» et dans certaines situations complexes. Or, le 29 avril 2020, c’était le cas, même si, comme l’indique le rapport, on sait que les pilotes annulent parfois le système de pilote automatique sans appuyer manuellement sur un bouton de leur manche de commande.

Le problème du logiciel a été une cause déterminante de l’accident, mais pas la seule, a déclaré le brigadier général John Alexander, directeur de la Sécurité des vols à l’Aviation royale canadienne. «Cet accident n’est pas le résultat d’un seul facteur de causalité, mais d’une combinaison de plusieurs facteurs et aurait pu arriver à n’importe quel autre équipage, n’importe quel autre jour», précise-t-il dans un communiqué.

On cite notamment le fait que les publications de vol contenaient des renseignements qui pouvaient «prêter à confusion ou induire en erreur», et que les instructions permanentes d’opérations pour cette manœuvre «n’étaient pas documentées», indique la Défense. Le «phénomène de biais» du pilote automatique «n’était pas connu du fabricant, des autorités de navigabilité et des membres de l’équipage avant l’accident», indique aussi le brigadier général Alexander.

Le major général Eric Kenny, commandant de la 1re Division aérienne du Canada, a assuré lundi que l’armée de l’air avait commencé à mettre en œuvre les recommandations du rapport. «Le CH148 Cyclone contribue toujours de façon importante aux opérations des Forces armées canadiennes au pays et à l’étranger. Nous demeurons pleinement confiants dans les capacités de pointe de l’aéronef et dans celles des gens qui le pilotent et l’entretiennent tous les jours», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.