«Écraser les libéraux»: Scheer satisfait de la clarification du sénateur Tkachuk

OTTAWA — Le chef conservateur Andrew Scheer ne semble pas avoir l’intention de sanctionner un sénateur de son parti qui a invité une foule de manifestants propétrole à «écraser tous les libéraux qui restent dans le pays».

Les libéraux ont réclamé au courant de la fin de semaine que le sénateur David Tkachuk soit écarté du caucus conservateur en raison des propos «irresponsables, dangereux et inappropriés» qu’il a tenus mardi dernier au rassemblement de la caravane «United We Roll» à Ottawa.

Devant les participants du convoi parti de Red Deer, en Alberta, il a parlé de projets de loi touchant le secteur pétrolier et gazier, puis leur a dit d’«écraser tous les libéraux qui restent dans le pays (…) parce que quand ils seront partis, ces projets de loi seront partis».

Le sénateur Tkachuk a signalé qu’il n’avait pas l’intention de s’excuser, arguant avoir eu recours à une «figure de style dans un contexte d’année électorale» et accusant les libéraux de tenter de «fabriquer un scandale» pour détourner l’attention des revendications des manifestants.

Andrew Scheer a refusé de lui jeter la pierre, lundi, tout en insistant sur le fait que lui-même n’aurait pas eu recours aux mêmes mots.

«Je comprends que le sénateur a clarifié ses paroles, et on ne permettra pas aux libéraux de faire diversion de l’enjeu qui était l’objet des manifestations la semaine passée, et ça, c’est leurs échecs dans le secteur énergétique (…)», a-t-il offert en point de presse.

Deux jours après que le sénateur conservateur eut tenu ces propos dans les rues d’Ottawa, le greffier du Conseil privé, Michael Wernick, partageait ses inquiétudes face à l’état du dialogue politique dans une salle de comité de l’édifice Wellington.

Sans nommer explicitement David Tkachuk, il a soutenu qu’il était «totalement inacceptable» qu’un parlementaire incite des gens à rouler sur d’autres personnes avec leur camion après que dix piétons eurent été tués dans une attaque de fourgonnette à Toronto l’année dernière.

«J’espère que vous, en tant que parlementaires, allez condamner cela», a-t-il lancé dans son témoignage au comité permanent de la justice et des droits de la personne, allant jusqu’à dire qu’il craignait que «quelqu’un se fasse abattre pendant la campagne électorale» vu le climat.

Le chef Andrew Scheer avait lui aussi pris la parole devant le convoi albertain, qui a attiré des manifestants d’extrême droite et des gens hostiles à l’immigration dont le leader conservateur a cherché à s’en dissocier.

«Je sais que les libéraux adoreraient faire diversion de leurs propres échecs en pointant d’autres éléments qui ont tenté de s’associer avec l’événement. Mais mon message était très clair: j’étais là pour défendre les travailleurs du secteur énergétique (…)», a-t-il martelé.

Le député libéral Ali Ehsassi a demandé samedi dernier au leader conservateur de montrer «immédiatement» la porte au sénateur Tkachuk.

«En avril dernier, une violente attaque au camion-bélier a fait dix morts et une dizaine de blessés dans ma circonscription à Toronto. Des propos qui incitent à la violence tels que ceux tenus par M. Tkachuk sont inadmissibles», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Au début du mois de février, son collègue torontois Adam Vaughan avait présenté ses excuses après avoir publié un tweet dans lequel il écrivait que les gens devraient «frapper» le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford.

Il avait fait valoir que son commentaire faisait référence au jeu de la taupe où il faut frapper la figurine qui sort d’un trou au hasard dans les fêtes foraines.

Les plus populaires