Edmundston: Chantel Moore a laissé le souvenir d’une âme généreuse

EDMUNDSTON, N.-B. — La jeune Autochtone qui a perdu la vie à Edmundston laisse le souvenir d’une âme généreuse, qui a unifié ses proches.

Les funérailles de Chantel Moore avaient lieu jeudi. La femme de 26 ans a perdu la vie lors d’une intervention policière, la semaine dernière.

Une photo de Mme Moore a été placée sur son cercueil durant le service privé, où des célébrants ont entonné une chanson de guérison.

Mme Moore avait déménagé à Edmundston il y a trois mois pour être près de sa mère et de sa fille, qui est âgée de six ans.

Mary Martin, la grand-mère de Mme Moore, a dit qu’ils allaient garder en mémoire «son doux visage et son sourire chaleureux», et que son décès laisse un énorme vide dans leurs coeurs.

Une douzaine de membres de la famille sont arrivés de la Colombie-Britannique plus tôt cette semaine pour soutenir leurs proches, au Nouveau-Brunswick.

Selon la police, la mort de Mme Moore est survenue lorsqu’un policier effectuant un «contrôle santé» a été confronté à une femme avec un couteau, à Edmunston.

Le décès fait l’objet d’une enquête par l’agence indépendante d’enquête policière du Québec, le Bureau des enquêtes indépendantes.

Jeudi, des appels ont été lancés pour une enquête plus large afin d’examiner ce que l’on appelle les «préjugés systémiques» à l’encontre des peuples autochtones dans les systèmes de police et de justice criminelle, au Nouveau-Brunswick.

Le ministère de la Sécurité publique de la province a annoncé qu’une enquête du coroner serait tenue sur la mort de Mme Moore.

Selon le site web des services du coroner, une enquête au Nouveau-Brunswick est une procédure judiciaire officielle qui permet la présentation publique de preuves relatives à un décès, mais ne fait aucune constatation de responsabilité légale ni de blâme.

Cependant, les jurés du coroner peuvent faire des recommandations pour aider à prévenir les décès dans des circonstances similaires, qui sont transmises aux ministères. Les réponses des ministères sont publiées dans la mise à jour annuelle du coroner.