Élection fédérale: le sort de Trois-Rivières et Brome-Missisquoi encore incertain

OTTAWA — Les vainqueurs n’étaient toujours pas annoncés dans une poignée des 338 circonscriptions fédérales, au lendemain de la 44e élection qui a conduit à l’élection d’un gouvernement minoritaire libéral.

Au Québec, six comtés attendaient des décisions finales; cinq où les bloquistes menaient et un sixième détenu par le ministre Steven Guilbeault qui était en tête, en attendant la fin du dépouillement des votes. 

Les luttes québécoises les plus serrées sont dans Brome-Missisquoi et Trois-Rivières.

Ces deux comtés ont une autre chose en commun: ils ont été abandonnés par les députées sortantes, la bloquiste Louise Charbonneau à Trois-Rivières et la libérale Lyne Bessette à Brome-Missisquoi. Les deux femmes élues en 2019 ont choisi de ne pas se présenter aux élections de 2021.

À Trois-Rivières, au dernier résultat disponible, le bloquiste René Villemure devançait par 48 voix le conservateur et ancien maire de la ville Yves Lévesque. Le libéral Martin Francoeur se retrouvait en troisième place après la fin du dépouillement dans 242 des 245 bureaux de scrutin.

Dans cette circonscription, 3397 trousses ont été fournies aux électeurs qui ont choisi le vote postal. Il faudra attendre que ce vote-là soit compté pour avoir un résultat certain.

Même situation à Brome-Missisquoi où 3067 trousses de vote postal ont été distribuées. 

Là, c’est la bloquiste Marilou Alarie qui avait pris la tête une fois les votes dépouillés dans 278 des 279 bureaux. Elle n’avait cependant que 99 voix de plus que la libérale Pascale St-Onge.

À Longueuil-Saint-Hubert, Châteauguay-Lacolle et Berthier-Maskinongé, les avances des bloquistes étaient très confortables, mais le vote postal attendu trop élevé pour sceller les sorts de ces trois comtés avant ce dépouillement. Pareil dans Laurier-Sainte-Marie où le libéral Steven Guilbeault affichait 1905 votes de plus que la néo-démocrate Nimâ Machouf, avant le dépouillement possible de 4131 votes postaux.

Parmi les courses non résolues ailleurs au pays, il y a Fredericton, au Nouveau-Brunswick, où la candidate libérale est Jenica Atwin, élue pour le compte du Parti vert en 2019 et passée aux libéraux le printemps dernier. Au petit matin mardi, elle devançait sa rivale conservatrice par 501 voix.

Dans ce comté, c’est 4047 votes postaux qu’on devrait avoir à compter.

En fait, dans une quarantaine de comtés du pays, le nombre de votes postaux qu’il reste à compter est plus grand que la différence entre la première et la deuxième place.

Il se pourrait ainsi que certains résultats annoncés dans la nuit de lundi à mardi soient révisés, une fois tous les votes des électeurs pris en compte.

À Élections Canada, on prévoyait recommencer à compter des votes mardi, en après-midi.

On surveille aussi de près le comté albertain d’Edmonton Centre où après avoir vidé 208 des 209 boîtes de scrutin, on plaçait le libéral Randy Boissonnault en tête, mais seulement par 136 voix devant le député conservateur sortant James Cumming. M. Boissonnault s’est fait déloger de ce comté en 2019 par M. Cumming. Et il restererait quelque 4000 votes postaux à compter.

En Colombie-Britannique, on a été particulièrement friand du vote postal. Ainsi dans le comté de Nanaimo-Ladysmith, impossible d’avoir un résultat même si la candidate néo-démocrate devançait de presque 1000 voix son adversaire conservatrice après le dépouillement dans tous les bureaux de scrutin, sauf un. C’est que dans ce comté, 8812 électeurs se sont manifestés pour voter par la poste.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.