De longs délais à prévoir dans l’annonce des résultats

Les électeurs pourraient devoir attendre quelques jours — ou même quelques semaines — avant de connaître le résultat du vote.

Les électeurs américains qui attendront avec impatience les résultats du vote dans certains États clés pour l’élection présidentielle du 3 novembre devront être prêts à prendre leur mal en patience, puisque plusieurs obstacles viendront ralentir le comptage des bulletins de vote, qui arriveront par millions du service de la poste en pleine pandémie de COVID-19.

Plusieurs États vont autoriser leurs autorités locales à commencer à traiter les bulletins de vote qui ont été envoyés par la poste quelques semaines avant le jour de l’élection, tandis que d’autres États ouvriront les enveloppes dès qu’ils les auront reçues. Toutefois, dans plusieurs des États qui seront importants le soir de l’élection, des règles en place empêcheront les greffiers d’ouvrir les bulletins avant le jour de l’élection. Les greffiers disposeront donc de peu de temps pour vérifier les signatures sur tous les bulletins remplis à distance.

Cette situation fait donc en sorte que les électeurs pourraient devoir attendre quelques jours — ou même quelques semaines — avant de connaître le résultat du vote.

Dans une campagne électorale où le président Donald Trump a soulevé de nombreux doutes quant à la légitimité du vote par la poste, de nombreuses craintes subsistent chez les personnes qui croient que tout retard dans la divulgation des résultats pourrait donner des munitions au président dans ses attaques.

«De nombreuses personnes pensent que plus il faudra de temps pour compter les bulletins remplis à distance, plus il faudra remettre en doute la légitimité du vote, alors que c’est tout le contraire», dit le directeur du Programme de réforme électorale du Brennan Center, Lawrence Norden. «Cela prendra plus de temps, car il faudra s’assurer que le décompte est le plus valide possible.»

Le décompte des votes par correspondance peut prendre plus de temps que le dépouillement des votes effectués dans les bureaux de vote, car les greffiers doivent s’assurer que toutes les conditions nécessaires pour assurer la validité du vote — dont la signature de l’électeur et celle d’un témoin — sont remplies.

Dans plusieurs États, les partisans démocrates demandent à recevoir leur bulletin de vote par la poste à un rythme plus rapide que les partisans républicains. Certains observateurs notent que le soir de l’élection, Donald Trump pourrait rapidement prendre l’avance grâce à tous les bulletins remplis le jour de l’élection dans les bureaux de vote. L’avance du candidat républicain pourrait cependant fondre lorsque les bulletins de vote remplis à distance seront traités dans les jours suivants.

La Pennsylvanie sera l’un des États chaudement disputés par Donald Trump et son adversaire démocrate Joe Biden le 3 novembre. L’État compte recevoir par la poste plus de 3 millions de bulletins remplis à distance, soit dix fois plus qu’en 2016. Jusqu’à présent, trois fois plus de démocrates que de républicains auraient demandé à recevoir leur bulletin par la poste.

Les autorités de l’État ont toutefois refusé que les bulletins de vote reçus par la poste soient traités avant le jour du scrutin, malgré les pressions effectuées auprès du gouverneur républicain de l’État, Tom Wolf.

«Plus le décompte des bulletins de vote sera long, plus il y a de chance que les résultats soient contestés et que nous tombions dans une histoire nationale que ne voulons absolument pas vivre», a indiqué la directrice exécutive de l’Association des commissaires de comté de Pennsylvanie, Lisa Schaefer.

Lors d’un récent passage en Pennsylvanie, Donald Trump a d’ailleurs affirmé qu’il faudrait que les démocrates «volent l’élection» pour qu’il perde dans cet État.

Dans le Michigan, un autre champ de bataille important cet automne, le Congrès à majorité républicain a accepté que les greffiers des villes de plus de 25 000 habitants commencent à ouvrir les bulletins de vote par correspondance dès la veille du scrutin. Les démocrates demandaient que cette période soit de trois jours et qu’il n’y ait pas de restriction quant à la population des villes.

Au Wisconsin, un autre État à surveiller, les démocrates ont effectué des démarches juridiques auprès d’une cour fédérale pour s’assurer que les bulletins de vote remplis à distance puissent être traités avant le 3 novembre. Ils affirmaient que la loi actuelle, en place depuis bien avant la pandémie, était adéquate lorsque le taux de participation à distance n’était que de 6 %, mais qu’elle ne se prêtait pas bien au contexte actuel.

Une cour d’appel fédérale a cependant noté que la loi permettait déjà de corriger les erreurs commises à l’extérieur du bulletin de vote, où la majeure des erreurs se produit, avant le jour de l’élection. Elle a malgré tout accepté d’ajouter six jours à la période allouée au dépouillement des bulletins de vote par correspondance; une décision que les républicains ont promis de contester à la Cour suprême.

Laisser un commentaire
Les plus populaires