Électrification: Volkswagen prévoit changer de nom pour «Voltswagen»

DÉTROIT — Volkswagen envisage de changer son nom aux États-Unis pour «Voltswagen», car sa production se déplace de plus en plus vers les véhicules électriques et aussi parce que le constructeur tente de se distancier du scandale sur les émissions polluantes.

On ignore si le constructeur allemand changera également son nom au Canada.

Une personne informée des intentions du constructeur a déclaré à l’Associated Press qu’une annonce officielle était prévue pour mardi. La source ne voulait pas être identifiée, car les plans n’avaient pas été rendus publics.

L’entreprise allemande avait brièvement publié un communiqué de presse sur son site web lundi matin annonçant le changement de nom de la marque. Le communiqué de presse a été remarqué par un journaliste du USA Today avant d’être supprimé. Le communiqué était daté du 29 avril.

La sortie prématurée intervient alors que Volkswagen prend les réservations pour le nouveau petit VUS électrique ID.4 aux États-Unis et au Canada. C’est le seul nouveau modèle électrique de la société vendu aux États-Unis. VW a toutefois l’intention de produire plusieurs véhicules électriques pour le marché américain,  y compris une nouvelle version du microbus, qui était appelé «Westfalia» à une autre époque.

Seulement une petite fraction des VW sur les routes américaines porteront le nom de «Voltswagen». La grande majorité des ventes de véhicules VW aux États-Unis seront toujours alimentées à l’essence dans un avenir prévisible et continueront d’être simplement étiquetées «VW». Le constructeur allemand a vendu un peu moins de 326 000 véhicules de marque VW aux États-Unis l’année dernière.

La personne qui a été informée du plan a déclaré que le nom Volkswagen Group of America, qui comprend également les marques Audi, Bentley, Bugatti et Lamborghini, ne changera pas. Seul le «k» de la marque Volkswagen elle-même sera remplacé par un «t».

Un logo extérieur portant le nom «Voltswagen» sera apposé sur les véhicules électriques de la société, tandis que les véhicules à essence auront toujours le «VW» habituel, mais il ne sera pas accompagné du mot «Volkswagen».

Le communiqué de presse sorti de façon prématurée indiquait que cette décision équivalait à une déclaration publique de l’investissement futur de la société dans la mobilité électrique.

«Nous sommes peut-être en train de remplacer notre K par un T, mais ce que nous ne changeons pas, c’est l’engagement de cette marque à fabriquer les meilleurs véhicules de sa catégorie pour les conducteurs et les gens du monde entier», a déclaré Scott Keogh, PDG de VW of America, dans le communiqué publié momentanément.

VW tente de réparer son image après que les autorités américaines ont découvert en 2015 un trucage de ses véhicules dits de «diesel propre» pour les tests d’émissions de GES. 

L’enquête sur les moteurs diesel truqués de Volkswagen s’est amorcée le 22 septembre 2015, le jour même où la société allemande avait reconnu avoir vendu à travers le monde plus de 11 millions de véhicules équipés d’un logiciel capable de détecter la tenue de tests en laboratoire et de faire en sorte qu’ils respectent les normes lors de ces examens.

La supercherie a été mise en lumière par l’agence américaine de protection environnementale (EPA). Des actions collectives aux États-Unis et au Canada ont coûté plus de 16 milliards $ à l’entreprise. Volkswagen a même plaidé coupable à des accusations de fraude aux États-Unis, acceptant de verser 4 milliards $ en amendes.

– Par Tom Krisher, The Associated Press

Laisser un commentaire