Elizabeth May dit avoir l’obligation de servir en lançant sa candidature comme cheffe

OTTAWA — Elizabeth May dit qu’elle a l’obligation de servir alors qu’elle lance sa candidature pour reprendre la direction du Parti vert fédéral.

Mme May, qui a quitté la direction des verts en 2019, se présente aux côtés de Jonathan Pedneault, un expert des situations de crise qui a enquêté sur les abus dans les zones de guerre.

Lançant leur campagne mercredi à Sidney, en Colombie-Britannique, chacun s’est engagé à nommer l’autre chef adjoint s’il est annoncé vainqueur, et tous deux ont promis d’inscrire la codirection dans la Constitution du parti.

Mme May, qui occupe l’un des deux sièges du Parti vert à la Chambre des communes, a déclaré que le parti a été en plein désarroi et s’est excusée pour les erreurs qu’elle avait commises dans le passé.

Les quatre autres candidats à plonger dans la course comprennent Sarah Gabrielle Baron, qui s’est présentée comme indépendante contre l’ancien chef conservateur Erin O’Toole lors des élections de l’an dernier, et Simon Gnocchini-Messier, un fonctionnaire fédéral qui s’est présenté pour les verts dans la circonscription de Hull-Aylmer.

Anna Keenan et Chad Walcott ont également annoncé leur participation à la course avec des candidatures conjointes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.