Elon Musk tâte le terrain concernant la certification payante des comptes Twitter

Le milliardaire Elon Musk annonce déjà des changements majeurs pour Twitter alors qu’il entame sa première semaine en tant que propriétaire de la plateforme de médias sociaux.

Un investisseur en capital-risque travaillant avec M. Musk a partagé sur Twitter un sondage demandant combien les utilisateurs seraient prêts à payer pour le badge bleu certifié que Twitter a historiquement utilisé pour vérifier les comptes authentiques et notoires afin que les autres utilisateurs sachent qu’il s’agit bien d’eux.

M. Musk, dont le compte est certifié, a répondu: «Intéressant».

Les critiques ont tourné en dérision le badge, souvent accordé aux célébrités, aux politiciens, aux chefs d’entreprise et aux journalistes, en tant que symbole de statut d’élite.

Cependant, Twitter utilise également la coche bleue pour vérifier les militants et les personnes qui se retrouvent soudainement dans l’actualité, ainsi que les journalistes peu connus de petites publications du monde entier, comme un outil supplémentaire pour lutter contre la désinformation provenant de comptes qui se font passer pour d’autres personnes.

«L’ensemble du processus de certification est en cours de refonte en ce moment», a écrit sur Twitter M. Musk, dimanche, en réponse à un utilisateur qui avait demandé de l’aide pour se faire vérifier.

M. Musk a invité un groupe d’amis et d’investisseurs du monde de la technologie à l’aider à guider la transformation de l’entreprise établie à San Francisco, qui comprendra probablement un remaniement de son personnel. M. Musk a limogé la semaine dernière le chef de la direction Parag Agrawal et d’autres cadres supérieurs. Il y a eu une incertitude quant à savoir si et quand il pourrait commencer des licenciements à plus grande échelle.

Parmi les conseillers de M. Musk, citons Sriram Krishnan, un partenaire de la société de capital-risque Andreessen Horowitz, qui s’est engagé au printemps à participer au projet de M. Musk d’acheter l’entreprise et de la privatiser.

M. Krishnan, qui est également un ancien directeur de produit chez Twitter, a précisé dans un gazouillis qu’il s’agissait «d’une entreprise extrêmement importante et qu’elle peut avoir un impact important sur le monde et qu’Elon est la personne pour y arriver».

Jason Calacanis, l’investisseur en capital-risque qui a publié le sondage pour savoir si les utilisateurs paieraient pour la certification, a déclaré au cours du week-end qu’il «traînait un peu sur Twitter et essayait simplement d’être aussi utile que possible pendant la transition».

M. Calacanis a ajouté que l’équipe «a déjà un plan très complet pour réduire le nombre (et la visibilité) des robots, des pourrielleurs et des mauvais acteurs sur la plateforme». Dans le sondage Twitter, il a demandé si les utilisateurs paieraient entre 5 $ et 15 $ pour «être vérifiés et obtenir un badge bleu» sur Twitter. Twitter est actuellement gratuit pour la plupart des utilisateurs, car il dépend de la publicité pour ses revenus.

M. Musk a accepté d’acheter Twitter pour 44 milliards $ US en avril, mais ce n’est que jeudi soir qu’il a finalement conclu l’accord, après que ses tentatives de retrait eurent conduit à une longue bataille juridique avec l’entreprise. Les avocats de M. Musk demandent maintenant à la cour de la chancellerie du Delaware de rejeter l’affaire, selon un dossier rendu public lundi. Les deux parties étaient censées être jugées en novembre si elles ne concluaient pas l’accord d’ici la fin de la semaine dernière.

M. Musk a fait un certain nombre de déclarations depuis le début de cette année sur sa refonte de Twitter, et on ne sait toujours pas quelles propositions auront la priorité.

Il a promis de réduire certaines des restrictions de contenu de Twitter pour promouvoir la liberté d’expression, mais a déclaré vendredi qu’aucune décision majeure sur le contenu ou le rétablissement des comptes interdits ne sera prise tant qu’un «conseil de modération du contenu» avec des points de vue divers ne sera pas mis en place. Il a ensuite nuancé cette remarque en écrivant «toute personne suspendue pour des raisons mineures et douteuses sera libérée de la prison de Twitter».

Le responsable d’un échange de cryptomonnaie qui a investi 500 millions $ US dans le rachat de Twitter par M. Musk a déclaré qu’il avait un certain nombre de raisons de soutenir l’accord, y compris la possibilité que M. Musk transforme Twitter en une société prenant en charge la cryptomonnaie et le concept connu sous le nom de Web3, que de nombreux passionnés de cryptomonnaie envisagent comme la prochaine génération d’Internet.

«Nous voulons nous assurer que la crypto a une place à la table en matière de liberté d’expression», a déclaré lundi à CNBC le PDG de Binance, Changpeng Zhao. «Et il y a des choses plus tactiques, comme aider à intégrer Twitter dans Web3 quand ils seront prêts.»

Il a ajouté que la cryptomonnaie pourrait être utile pour résoudre certains des défis immédiats de M. Musk, tels que le projet de facturer des frais d’adhésion premium pour plus d’utilisateurs.

«Cela peut être fait très facilement, à l’échelle mondiale, en utilisant la cryptomonnaie comme moyen de paiement», a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.