Émeute au Capitole: des accusations plus graves pourraient être déposées

WASHINGTON — Les procureurs fédéraux envisagent des accusations de sédition contre certains des partisans de Donald Trump qui ont pris d’assaut le Capitole américain la semaine dernière et ils examineront les mouvements et les flux d’argent des émeutiers qui ont convergé vers Washington.

Les premières accusations de délit contre quelques-uns des émeutiers sont en fait des chefs provisoires, mais des accusations plus graves — dont la sédition et le complot — pourraient être déposées relativement aux violences qui ont entraîné la mort de cinq personnes, dont un policier du Capitole.

Même sans renseignements de la part des forces de l’ordre, de nombreux avertissements avaient été lancés sur les manifestations pro-Trump à Washington. Mais la police du Capitole n’avait pas renforcé ses effectifs et ne s’était pas préparée à ce que les manifestations dégénèrent en émeute violente, selon plusieurs personnes bien au fait des événements.

Une fois que la foule a commencé à se déplacer vers le Capitole, un lieutenant de police a donné l’ordre de ne pas utiliser la force meurtrière, ce qui explique pourquoi les agents à l’extérieur du bâtiment n’ont pas sorti leurs armes alors que la foule se rapprochait. Les agents se font parfois dire de ne pas aggraver la situation en montrant leurs armes si leurs supérieurs estiment que cela pourrait conduire à une ruée ou à une fusillade.

Mais dans ce cas, les policiers ont difficilement pu résister à la foule. Dans une vidéo de la scène, un agent lève les poings pour tenter de repousser une foule qui le plaquait lui et ses collègues contre une porte. On entend ensuite la foule se moquer d’eux en scandant: «Vous n’êtes pas Américains!». On peut aussi voir un homme qui essaie de repousser l’agent avec la pointe d’un drapeau américain.

– Par The Associated Press

Laisser un commentaire