Emma Czornobaj: le verdict et la peine sont maintenus par la Cour d’appel

MONTRÉAL — La Cour d’appel maintient le verdict de culpabilité prononcé contre Emma Czornobaj, surnommée l’amie des canards, ainsi que la durée de l’interdiction de conduire imposée à la jeune femme.

Un banc de trois juges de la Cour a rendu cette décision jeudi après-midi.

La jeune femme avait été reconnue coupable par un jury en juin 2014 de négligence criminelle et de conduite dangereuse ayant causé la mort d’un père et de sa fille en 2010. Elle s’était arrêtée en bordure d’une autoroute pour sauver des canards.

Elle avait écopé d’une peine de 90 jours de prison à purger les fins de semaine, d’une interdiction de conduite pour 10 ans et de 240 heures de travaux communautaires.

Le 4 avril dernier, son avocat avait tenté de faire annuler sa condamnation et de réduire la durée de l’interdiction de conduire devant la Cour d’appel. Emma Czornobaj voulait un acquittement ou encore un nouveau procès.

Pour ce faire, elle avait plaidé que les directives données aux jurés étaient inadéquates.

La Cour d’appel ne lui a pas donné raison: «En l’espèce, les directives données au jury exposent adéquatement et en termes simples et compréhensibles la question qui devait être considérée concernant l’élément moral de l’infraction en litige», est-il écrit dans le jugement au sujet des directives sur la conduite dangereuse ayant causé la mort.

En ce qui concerne la peine, la Cour a rappelé que la juge Éliane B. Perreault de la Cour supérieure avait imposé une «peine globale»: si l’interdiction de conduire est longue, la peine de prison était somme toute assez courte considérant la gravité des infractions. La juge avait privilégié cette combinaison pour favoriser la réinsertion sociale de la jeune femme, est-il précisé.

«Bien que la période d’interdiction de conduire de 10 ans apparaisse très sévère, elle ne peut être qualifiée de manifestement non indiquée», écrit la Cour en rejetant l’appel de la peine.

En 2010, Emma Czornobaj, alors âgée de 25 ans, s’était immobilisée en pleine voie de gauche sur l’autoroute 30, à la hauteur de Candiac, afin de sauver quelques canards qui marchaient sur l’accotement. Elle avait affirmé au tribunal ne pas avoir vu la mère cane à proximité des canetons, et avoir eu l’intention de capturer les petits et de les ramener à la maison.

Les deux victimes, André Roy, âgé de 50 ans, et sa fille Jessie, âgée de 16 ans, prenaient place sur une motocyclette lorsqu’ils ont embouti sa voiture immobilisée. Ils sont morts sous l’impact de la collision.

Les plus populaires