Énergie Est: PKP craint une évaluation biaisée des retombées économiques

QUÉBEC – Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau craint que les libéraux aient favorisé un cabinet-conseil afin d’obtenir une évaluation favorable des retombées économiques du projet d’oléoduc Énergie Est.

M. Péladeau a établi un lien entre une firme à qui ce mandat a été confié sans appel d’offres, Aviseo Conseil, et le directeur de cabinet du ministre des Finances, Carlos Leitao.

En Chambre, le chef péquiste s’est appuyé sur un article, rédigé en 2012, qui estime les retombées du Plan Nord à 148 milliards $.

«Le texte d’une ultime complaisance est signé par seulement deux personnes, Jean-Pierre Lessard, actuel actionnaire d’Aviseo Conseil, et Guillaume Caudron, chef de cabinet du ministre des Finances, a-t-il dit. Alors, ma question est simple: Est-ce que le premier ministre peut nous dire si M. Lessard a reçu le mandat de surévaluer le projet Énergie Est, comme il l’a fait pour le projet du Plan Nord?»

M. Péladeau a également souligné qu’un des associés actuels d’Aviseo, Pierre Lefebvre, avait été choisi par l’ex-ministre libérale des Finances, Monique Jérôme-Forget, afin de diriger l’Agence des partenariats public-privé.

«Fidèle à ses habitudes, le gouvernement libéral a une appréciation assez relative de l’indépendance», a-t-il dit.

Selon le chef péquiste, seul un processus d’appel d’offres en bonne et due forme assurerait la crédibilité de l’analyse du projet, qui servira à élaborer la position du gouvernement lors des prochaines audiences de l’Office national de l’énergie (ONÉ).

TransCanada souhaite obtenir les autorisations réglementaires pour construire un oléoduc de 4600 kilomètres qui transporterait jusqu’au Nouveau-Brunswick environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Dakota du Nord.

Pierre Lefebvre a déclaré mardi que ses quatre partenaires d’Aviseo et lui ont travaillé avec M. Caudron à l’époque où ils étaient tous employés de la firme de consultants Secor, qui a ensuite été achetée par KPMG.

«Les cinq associés d’Aviseo ont travaillé pour Secor, et par la suite pour KPMG, et Guillaume Caudron a aussi travaillé pour Secor», a-t-il dit dans une entrevue téléphonique.

Selon M. Lefebvre, qui a préféré mettre fin à la conversation téléphonique, ces liens ne créeront pas de conflit d’intérêts.

«Le gouvernement est notre client, il nous engage pour faire une étude indépendante et intègre sur les retombées économiques du projet, a-t-il dit. C’est ce que nous allons faire.»

En Chambre, en réponse à M. Péladeau, le premier ministre Philippe Couillard a déclaré qu’il était inévitable que des consultants dont les services sont retenus aient des liens avec des partis politiques.

«Au Québec la plupart des firmes de consultants qui font des évaluations de retombées économiques ont quelque lien que ce soit avec quelque parti que ce soit, et quelque gouvernement que ce soit, sans que cela n’entache nécessairement et certainement pas leurs compétences et le fait qu’ils sont tout à fait qualifiés pour mener à bien ce genre de mandat», a-t-il dit.

M. Couillard a soutenu que le gouvernement serait accusé de manquer d’impartialité s’il se contentait seulement des analyses produites par les analystes du ministère des Finances.

«Si ces études faites par les fonctionnaires du ministère des Finances démontraient quelque retombée positive que ce soit, j’entends déjà les collègues de l’opposition officielle protester contre le manque d’indépendance évident des analystes gouvernementaux qui auraient fait ce travail-là, a-t-il dit. Et on aurait l’opinion inverse, si la conclusion était inverse.»

La députée Manon Massé, de Québec solidaire, croit pour sa part que le Bureau d’audiences publiques en environnement avait toute l’indépendance pour évaluer les retombées alors que le gouvernement a choisi «une compagnie amie», dont le site Internet démontre selon elle un parti-pris.

«Je pense que la première photo sur leur site, c’est un pétrolier qui roule sur les flots avec un beau coucher de soleil, a-t-elle dit. On voit là définitivement, disons, le préjugé favorable de cette entreprise-là face à la question des hydrocarbures.»

Lundi, M. Leitao a annoncé qu’Aviseo avait été retenue sans appel d’offres en raison de son absence de liens contractuels passés ou présents avec l’entreprise TransCanada, promoteur du projet d’oléoduc Énergie Est.

Aviseo, dont les honoraires pourront aller jusqu’à 94 820 $, a «l’expertise en matière d’études sur les retombées économiques ainsi que l’indépendance requises», a assuré le ministre.

Plus tôt, mardi, M. Leitao, s’est défendu d’avoir fait un choix politique en attribuant le contrat sans appel d’offres.

M. Leitao a affirmé que cette décision avait été prise par des fonctionnaires membres d’un comité interministériel qui évalue le projet de TransCanada.

«On a fait un choix technique, pas politique, a-t-il dit dans une mêlée de presse. Justement, le politique n’avait rien à faire avec ça.»

En Chambre, M. Leitao a fait valoir qu’au moment où le Parti québécois était au pouvoir, le ministère des Finances a donné 15 contrats sans appel d’offres.

«À ce moment-là, ce n’était pas moi qui étais au ministère des Finances, a-t-il dit. Ce genre d’exercice se fait.»

Les commentaires sont fermés.

Le monde est petit au Québec… et on a tous de nombreux amis. Qui n’a pas un ami n’ayant pas travaillé pour KPMG ?