Enfants de Canadiens partis en Syrie: les familles reviennent à la charge

MONTRÉAL — Des proches d’enfants de Canadiens partis en Syrie pour appuyer le groupe armé État islamique sont revenus à la charge, lundi, pour presser le gouvernement Trudeau d’intervenir pour rapatrier ces enfants.

C’est en compagnie du député néo-démocrate Alexandre Boulerice et de l’avocat spécialisé en droit de l’immigration Stéphane Handfield que ceux-ci ont rencontré la presse, lundi, au cours d’une conférence de presse à Montréal.

Une équipe de tournage a pu se rendre dans les camps où vivent ces enfants pour y filmer un documentaire. Les familles rejettent donc l’argument du gouvernement Trudeau selon lequel il serait trop dangereux d’y dépêcher des équipes de Canadiens pour rapatrier ces enfants.

Ils sont 26 enfants nés de Canadiens partis en Syrie, dont 13 ont moins de 6 ans, a précisé Me Handfield.

L’avocat demande au gouvernement Trudeau d’en faire plus pour ces enfants. «Ces enfants-là n’ont rien choisi. Ces enfants-là n’ont pas décidé d’aller se battre en Syrie ou en Irak. Ces enfants-là ne sont pas responsables des décisions prises par leurs parents.»

Le chef adjoint du NPD a souligné de son côté que «d’autres pays ont été capables de le faire» et comprend mal pourquoi le gouvernement Trudeau tarde à agir. «Il s’agit d’avoir une volonté politique.»

M. Boulerice avance une théorie: «est-ce qu’ils ont été traumatisés par la compensation financière donnée à un enfant soldat qui avait été maintenu à Guantanamo (Omar Khadr)? Probablement.»

Laisser un commentaire
Les plus populaires