ENFFADA: les commissaires entendent les derniers témoignages publics

VANCOUVER — Une militante de longue date pour les femmes autochtones disparues et assassinées a raconté sa propre histoire, dimanche, au dernier jour des audiences publiques de l’enquête nationale.

Bernie Williams, qui s’est battue pour les femmes dans le quartier de Downtown Eastside de Vancouver pendant 30 ans, a relaté le récit brutal des agressions qu’elle a subies, à partir de l’âge de 3 ans, et qui se sont poursuivies dans des familles d’accueil et dans son mariage.

L’une des familles où elle a été hébergée forçait les enfants à manger dans des bols avec leurs mains, sur leurs genoux, comme le font des chiens, a-t-elle soutenu.

La dame de 60 ans a ajouté qu’à l’âge de 11 ou 12 ans, elle et cinq autres filles avaient été vendues pour travailler dans l’industrie du sexe.

Mme Williams a souligné qu’elle ne portait pas de bermudas très souvent, parce qu’elle a des brûlures tout le long des jambes, jusqu’au dos, qui remontent à cette époque.

Les audiences de dimanche dans la grande région de Vancouver étaient les dernières de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA). D’autres personnes témoigneront cependant en privé.

L’ENFFADA avait été mise sur pied par le gouvernement fédéral en 2015, afin d’enquêter sur les causes du nombre disproportionné de femmes et filles autochtones assassinées et disparues au Canada et de donner la chance aux familles de faire connaître leur histoire.

La commissaire en chef Marion Buller, qui a demandé plus de temps au gouvernement fédéral pour mener l’enquête, doit prononcer une allocution de clôture en après-midi.

Mme Buller a dit à La Presse canadienne que l’enquête avait assez de matière pour produire un rapport, mais selon elle, sans prolongation, il n’effleurerait que la surface du problème.

Le mois dernier, les commissaires ont demandé au gouvernement Trudeau une prolongation de deux ans. Mme Buller ne savait pas si la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, acceptera cette requête.

Les plus populaires