Enquête civile sur le travail de la GRC dans une affaire de meurtre en N.-É. en 2017

La Commission civile d’examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC enquête sur la façon dont la Gendarmerie royale du Canada en Nouvelle-Écosse a traité l’agression sexuelle et le meurtre de Susan Butlin, en 2017.

Mme Butlin, de Bayhead, a été assassinée chez elle par son voisin Ernie Ross Duggan le 17 septembre 2017.

La commission indépendante affirme que quelques semaines avant le meurtre, Mme Butlin avait contacté la GRC pour signaler que Duggan l’avait agressée sexuellement. 

Mais à l’issue de son enquête, la GRC a déterminé qu’il n’y avait pas de motifs de porter des accusations criminelles, indique la commission. La police a toutefois informé Mme Butlin qu’elle pouvait demander au tribunal un «engagement de ne pas troubler l’ordre public», ce qu’elle a fait.

La commission souligne toutefois qu’avant l’audience sur cette requête, l’épouse de Duggan a appelé le 911 pour faire part «de ses préoccupations quant à la détérioration du comportement de M. Duggan et à la sécurité de Mme Butlin».

Quatre semaines plus tard, Duggan a abattu Mme Butlin chez elle. Ses proches soutiennent que la GRC ne lui a pas fourni d’aide et n’a pas su la protéger contre Duggan. 

La commission dit avoir examiné les documents de la police et identifié «plusieurs sujets de préoccupation» concernant la réponse de la GRC dans toute cette affaire — et, de façon plus générale, concernant la manière dont la police fédérale mène ses enquêtes sur les agressions sexuelles.

Duggan a plaidé coupable en 2019 au chef d’accusation de meurtre au deuxième degré; il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 20 ans.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.