Entretien de stations-services: les salaires augmentés sans attendre le décret

MONTRÉAL — Une centaine de travailleurs spécialisés qui installent et entretiennent de l’équipement pour les postes d’essence viennent de ratifier six nouveaux contrats de travail avec des employeurs différents.

Ces contrats de travail prévoient des augmentations salariales de 2,5 pour cent par année pendant trois ans. Ces travailleurs, surtout des mécaniciens, touchent environ 31 $ l’heure. Ils sont membres du Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, et sont couverts par un décret de convention collective pour l’installation et l’entretien d’équipement pétrolier.

Un tel décret prévoit que les conditions de travail négociées par les parties seront ensuite étendues à l’ensemble des travailleurs d’une industrie donnée ou d’une région donnée, lorsque le gouvernement aura fait paraître un avis à cet effet dans la Gazette officielle.

Dans le cas de cette centaine de syndiqués des Métallos, les conditions qui viennent d’être négociées entreront en vigueur immédiatement, sans attendre les autres travailleurs de l’industrie.

Ceux-ci avaient voté à 100 pour cent en faveur d’un mandat de grève, après avoir appris que les employeurs voulaient attendre afin que les hausses salariales s’appliquent seulement lorsque le décret aurait été publié dans la Gazette officielle. Il peut s’écouler un délai de plusieurs mois, voire d’un an ou deux, avant que le décret entre ainsi en vigueur pour l’ensemble des travailleurs d’une industrie.

En plus des hausses salariales de 2,5 pour cent, le contrat de travail prévoit une prime pour les travailleurs qui doivent être de garde en cas d’urgence. De même une amélioration a été apportée aux assurances collectives par l’ajout de la couverture dentaire.

Les plus populaires