Équateur: les manifestants maintiennent la pression sur le  gouvernement

QUITO, Équateur — Des centaines de nouveaux manifestants autochtones ont continué d’affluer vers la capitale de l’Équateur, vendredi, accroissant la pression sur le président Lenín Moreno pour qu’il renonce aux mesures d’austérité qui ont notamment fait grimper le prix du carburant.

Des milliers de manifestants autochtones occupaient la Maison de la culture de Quito et les universités voisines, parfois rejoints par des syndicalistes et des étudiants.

Les manifestations des derniers jours ont poussé M. Moreno à déplacer les opérations de son gouvernement vers la ville portuaire de Guayaquil. Le président a déclaré qu’il ne reculerait pas sur les mesures d’austérité soutenues par le Fonds monétaire international compte tenu de la nécessité urgente de stabiliser l’économie du pays et de faire face à une dette dont il a hérité de l’administration précédente.

Les protestations et l’occupation d’installations pétrolières dans le pays ont contraint la société pétrolière Petroecuador à déclarer «l’état de force majeure» concernant ses exportations de brut.

Un congé national de trois jours en Équateur a commencé vendredi et il y avait moins de passagers que d’habitude dans les gares routières de Guayaquil, de Quito et d’autres villes, les entreprises de transport ayant prévenu que des manifestants pourraient bloquer les routes.

Jeudi, des manifestants antigouvernementaux ont forcé des policiers captifs à porter un cercueil contenant le corps d’un militant autochtone lors d’un service commémoratif. L’homme aurait été tué dans les affrontements des derniers jours.

Auparavant, l’un des huit policiers captifs avait été contraint de porter un drapeau national sur ses épaules ainsi qu’un chapeau porté par certains peuples autochtones. Les agents ont été libérés jeudi soir, apparemment sains et saufs.

M. Moreno ne semble pas être en danger immédiat d’être évincé du pouvoir, mais son statut politique est sérieusement ébranlé. Bien qu’il soit toujours soutenu par l’armée et d’autres institutions de l’État, sa décision de transférer les opérations gouvernementales de Quito à Guayaquil a mis en lumière la pression que les manifestants exercent sur son administration.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire