Équipe de direction: Martel lieutenant du Québec, Deltell leader parlementaire

OTTAWA — Le nouveau chef conservateur Erin O’Toole offre une place de choix dans son équipe aux Québécois qui l’ont appuyé lors de ses deux courses à la direction.

L’ex-entraîneur de hockey Richard Martel, seul député québécois qui l’a appuyé dans cette course-ci, devient son lieutenant politique pour le Québec. Il remplace son collègue Alain Rayes, qui occupait ce poste depuis qu’il y avait été nommé par Andrew Scheer en 2017.

«J’aime Richard. C’est mon coach favori de hockey!» s’est exclamé M. O’Toole, lors d’une conférence de presse tenue à Ottawa mercredi après-midi, pour expliquer ce changement de garde.

Le député québécois Gérard Deltell devient le leader parlementaire de l’opposition officielle à la Chambre des communes. Il avait appuyé M. O’Toole lors de la dernière course à la direction du parti en 2017, mais a choisi de rester neutre cette fois-ci.

Là encore, le nouveau chef conservateur n’a pas tari d’éloges envers M. Deltell.

«Il a beaucoup d’expérience à l’Assemblée nationale à Québec et aussi dans la Chambre des communes. Il a beaucoup de respect dans notre caucus et avec les autres partis aussi. Il est un orateur extraordinaire aussi et j’ai beaucoup de confiance en Gérard», a-t-il dit.

Dans les deux cas, M. O’Toole s’est défendu de leur offrir un retour d’ascenseur pour bons services rendus par le passé.

M. O’Toole a dévoilé son équipe de direction aux côtés de la députée manitobaine Candice Bergen, qui a été élevée au rang de chef adjointe du Parti conservateur.

Ainsi, Blake Richards devient whip en chef de l’opposition; Karen Vecchio, leader parlementaire adjointe; Alex Ruff, whip adjoint; Tim Uppal, responsable de la liaison entre le caucus et le parti, et Eric Duncan, coordonnateur de la période de questions.

Tom Kmiec demeure président du caucus conservateur national.

Cabinet fantôme à venir

Le chef conservateur annoncera la semaine prochaine les membres de son cabinet fantôme qui porteront les dossiers chers au parti. Il promet déjà plus de femmes, plus de diversité et de faire appel à des élus de tous les milieux afin de mieux refléter le visage du Canada.

Déjà, il promet «un rôle important» pour M. Rayes, le lieutenant politique du Québec des trois dernières années.

M. O’Toole a cependant laissé planer le doute au sujet de la place accordée à son ancien rival Derek Sloan, qui a terminé quatrième dans la course à la direction, dans ce cabinet fantôme. 

Des groupes antiavortement et de la droite religieuse s’activent depuis l’élection de M. O’Toole pour lui rappeler qu’il doit son élection à leurs appuis, notamment.

La Coalition nationale pour la vie a même mis en ligne une pétition pour convaincre M. O’Toole de nommer M. Sloan à une position «senior» au sein de son cabinet fantôme. Le nouveau chef n’a pas fermé la porte, pour l’instant.

«Je vais parler aussi à Derek (au sujet de) l’avenir, mais… on va voir», a-t-il laissé tomber.

Laisser un commentaire
Les plus populaires