Éric Duhaime se dit bien positionné pour faire entrer la «grogne» au parlement

QUÉBEC — Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, invite les Québécois à faire entrer la «grogne» au parlement le 3 octobre prochain.

Il a tenu un point de presse à l’Assemblée nationale jeudi, en compagnie de sa députée Claire Samson, pour dresser un bilan de la session parlementaire.

M. Duhaime s’en est pris au gouvernement de François Legault, qui a mené «l’opération de la grande diversion» au cours des derniers mois pour faire oublier le confinement et les couvre-feux, d’après lui.

«Ça a été un projet de loi sur la langue pour tenter de diviser francophones et anglophones. Ça a été des déclarations sur (…) les immigrants, ce n’était pas toujours chic, puis les chicanes avec Ottawa», a-t-il énuméré.

Or, rappelons-nous, les Québécois ont subi les «pires mesures sanitaires du continent, avec le bilan, en termes de morts, qui est le pire de toutes les provinces au Canada», a martelé le chef conservateur.

«On a aussi tenté de nous faire oublier l’état lamentable du système de santé, qui est encore pire aujourd’hui qu’au moment où la Coalition avenir Québec (CAQ) est arrivée au pouvoir», a-t-il renchéri.

Au chapitre de la hausse du coût de la vie, la CAQ a eu tort d’envoyer aux Québécois un chèque de 500 $ en pensant qu’«on réglerait tout ça et qu’on passerait à autre chose», croit Éric Duhaime.

«Je ne pense pas que la façon d’aider les Québécois, c’est d’envoyer des chèques; je pense que c’est de réduire les taxes et les impôts.

«Si (…) la seule réponse qu’il a, c’est de leur donner un chèque de 500 $ et de leur dire qu’il faut parler d’immigration et de langue, je pense que M. Legault va trouver les Québécois sur son chemin.»

Avec ses 59 000 membres acquis depuis seulement un an, le Parti conservateur estime qu’il est bien positionné pour vivre un «moment historique» et effectuer une «percée» le 3 octobre prochain.

«Notre objectif, c’était justement de prendre toute cette grogne qui était à l’extérieur du parlement, puis de la faire entrer dans les murs du parlement, et c’est encore ça notre objectif», a déclaré M. Duhaime.

Il a dit souhaiter l’élection d’une «diversité» de candidats, pour refléter l’ensemble des opinions au Québec. Un scénario dans lequel la CAQ obtiendrait 100 sièges ou plus serait «terrible», a ajouté Mme Samson.

«Ça ne leur donnera rien de plus, à eux autres, mais ça va enlever beaucoup à la démocratie, puis aux citoyens du Québec», a-t-elle dit. Les autres partis politiques feront leurs bilans vendredi, à l’Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.