Erin O’Toole appelle le Parti conservateur à «changer» s’il veut battre Trudeau

OTTAWA — Sept mois après son entrée en fonction comme chef, Erin O’Toole dit que le Parti conservateur du Canada qu’il dirige doit «changer» s’il espère remporter les prochaines élections.

Dans un discours à ses militants, vendredi soir, M. O’Toole a déclaré que son parti peut battre les libéraux de Justin Trudeau aux prochaines élections, mais seulement si son parti change ses façons de faire et présente de nouvelles idées pour rallier les Canadiens. 

«Le Parti conservateur peut le battre. Mais seulement si nous avons le courage de grandir. (…) Nous devons être un Parti conservateur qui a le courage de faire preuve d’audace. Et un Parti conservateur qui a le courage de changer. Nous le devons à notre pays», a-t-il dit. 

M. O’Toole a ainsi semblé lancer un message aux partisans de la droite religieuse, qui espéraient prendre le contrôle du congrès pour relancer le débat sur l’avortement, ainsi qu’à tous les militants climatosceptiques.

Quelques heures auparavant, certains délégués conservateurs s’insurgeaient contre une résolution reconnaissant que «les changements climatiques sont réels».

«Nous ne pouvons pas ignorer la réalité des changements climatiques. Le débat est clos», a rétorqué M. O’Toole dans son discours. «Je ne permettrai pas à 338 candidats de se défendre contre un mensonge véhiculé par les libéraux que nous sommes un parti de climatosceptiques», a-t-il dit. 

Avec ce discours, le chef conservateur espère ainsi apaiser la grogne à l’interne et rallier ses troupes à temps pour une campagne électorale qui pourrait être déclenchée dans les prochaines semaines.

«Ensemble, nous allons livrer à Justin Trudeau la bataille de sa vie. Il y a une chose que les libéraux craignent plus que tout: un Parti conservateur qui a le courage de grandir, d’être audacieux et de changer. C’est le Parti conservateur qu’attendent de nombreux Canadiens», a renchéri M. O’Toole. 

Promesses préélectorales

M. O’Toole a levé le voile sur quelques promesses qui pourraient se retrouver dans une éventuelle plateforme électorale. Il a dévoilé les grandes lignes de cinq engagements, vendredi. 

Il promet tout d’abord de présenter un plan de relance économique afin de récupérer un million d’emplois perdus pendant la pandémie. 

M. O’Toole promet d’augmenter le financement aux provinces et territoires dans ce domaine, d’aider les employeurs à améliorer le bien-être de leurs employés et de créer une ligne téléphonique nationale à trois chiffres pour la prévention du suicide. 

Il veut également s’assurer que le Canada soit prêt pour une autre crise de santé, en améliorant sa capacité de fabrication des vaccins et d’équipement de protection personnelle, entre autres. 

M. O’Toole souhaite aussi déposer une «loi anti-corruption» visant à donner du mordant aux lois sur les conflits d’intérêts et le lobbying.

«Nous allons faire briller la lumière de la transparence pour mettre fin aux cachotteries libérales une bonne fois pour toutes. Cela a assez duré!» s’est indigné le chef conservateur. 

M. O’Toole promet finalement d’équilibrer le budget dans la prochaine décennie. 

Un plan environnemental… à venir

Les conservateurs promettent un plan pour lutter contre les changements climatiques, mais, de l’aveu de M. O’Toole, il est plus urgent de remettre l’économie canadienne sur les rails. 

«Nous ne pouvons pas avoir un futur vert sans des emplois et de la croissance économique», a déclaré le chef dans son discours. 

M. O’Toole promet d’abolir la tarification sur le carbone mise en place par les libéraux, tout en proposant, du même souffle, une «alternative crédible».

Il promet de détailler ses propositions pour lutter contre les changements climatiques dans un plan «compréhensif» et «sérieux» qui sera dévoilé à une date inconnue. 

Laisser un commentaire