Est de Montréal: moins d’arsenic dans l’air en 2019, mais plus que la norme

MONTRÉAL — Les concentrations d’arsenic dans l’air ont diminué en 2019 dans l’est de Montréal près de l’affinerie de cuivre et de métaux CCR, située à Montréal-Est, qui appartient à la multinationale britannique Glencore.

Dans un deuxième avis sur la présence d’arsenic dans l’air, la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) a néanmoins constaté que ces concentrations ont quand même dépassé la norme provinciale dans deux des trois stations d’échantillonnage situées à proximité de l’affinerie.

Même si la DRSP considère que les quantités mesurées dans ces stations posent un risque faible pour la santé, elle estime essentielle la poursuite des efforts pour s’assurer que la population ne soit pas exposée à des concentrations plus élevées que la norme provinciale sur une longue période.

La norme provinciale a été dépassée à la station située sur le toit du Centre Édouard-Rivet et celle sur le terrain de l’entreprise Chimie Parachem.

La DRSP rappelle que l’affinerie CCR a suivi les recommandations émises en 2018 dans son premier avis. L’entreprise a amélioré ses installations, notamment par la mise en fonction d’un dépoussiéreur et de deux stations d’échantillonnage d’air.

Dans son nouvel avis publié mercredi, la DRSP recommande notamment à l’affinerie CCR de maintenir les mesures de mitigation à long terme afin de s’assurer de la diminution des concentrations d’arsenic dans l’atmosphère.

La santé publique espère aussi que la Ville de Montréal intègre le suivi à long terme des concentrations atmosphériques de métaux dans le secteur à son Réseau de surveillance de qualité de l’air (RSQA), et de rendre ainsi disponibles à la population les données sur le web.

Laisser un commentaire