États-Unis: Justin Trudeau réitère sa confiance dans le processus électoral

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau dit qu’il fait confiance au peuple américain et aux institutions démocratiques.

La victoire du candidat démocrate Joe Biden est imminente. Or, le processus électoral aux États-Unis été maintes fois remis en doute par le président américain sortant Donald Trump dans les dernières heures.

Vendredi midi, le premier ministre a refusé, une fois de plus, de se prononcer sur les résultats au sud de la frontière.

«Je sais que les gens sont impatients de voir les résultats. Mais nous, on a confiance que les processus aux États-Unis sont en train de se dérouler de la bonne façon. Évidemment, nous allons continuer de regarder attentivement ce qui se passe, mais on ne va pas commenter à ce moment-ci», a-t-il dit.

Il a ajouté qu’il est «important que les processus électoraux à l’intérieur des différentes démocraties puissent se dérouler en bonne et due forme sans interférence ou intervention par des pays étrangers».

«Même des amis et des alliés qui se prononcent trop rapidement pourraient influencer le déroulement ou la perception de déroulement intègre à l’intérieur d’un pays. C’est pour ça que nous allons être très, très vigilants, on va faire attention avant de se prononcer sur les résultats des processus internes américains», a-t-il réitéré.

Mais, comme tout le monde, le premier ministre continue d’observer attentivement ce qui se passe au sud de la frontière.

«Nous avons confiance dans le peuple américain et dans leurs institutions pour bien faire dérouler les élections. C’est normal que dans des situations serrées, ça prenne un peu de temps pour compter les résultats, c’est prévu dans les processus américains. De notre bord, au Canada, ma priorité, c’est toujours d’assurer qu’on est là pour défendre les intérêts et à long terme des Canadiens et on va toujours le faire», a-t-il ajouté.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, n’a pas attendu que la victoire de Joe Biden soit officielle avant de partager ses réflexions.

«(Donald Trump) va rester président des États-Unis pendant encore deux longs et gros mois. (…) Mais la bonne nouvelle, c’est que ça aurait pu être quatre ans. (…) Donc c’est un mauvais moment à passer dont le résultat sera favorable et il semble de plus en plus clair que jamais les tribunaux américains ne vont lui donner raison», a analysé M. Blanchet.

Même s’il est d’avis que la menace protectionniste aux États-Unis ne disparaîtra pas de sitôt, M. Blanchet se dit rassuré de voir qu’un président élu Biden sera «centriste, modéré, raisonnable» et bien plus facile à vivre que son prédécesseur.

«On va juste un petit mieux dormir», a affirmé le chef bloquiste, qui prétend qu’il ne sera pas le seul.

Laisser un commentaire