États-Unis: le procès «We Build The Wall» annulé, le jury est dans l’impasse

NEW YORK — Le procès d’un homme d’affaires du Colorado, accusé d’avoir arnaqué des milliers de donateurs qui ont contribué à hauteur de 25 millions $ à une campagne pour construire un mur le long de la frontière sud des États-Unis, s’est terminé mardi par l’annulation du procès après que les jurés n’ont pas pu parvenir à un verdict unanime. 

L’annulation du procès dans l’accusation de Timothy Shea a été accordée par la juge de district américaine Analisa Torres après que le jury a signalé pour la troisième fois qu’il ne pouvait rendre de verdict sur aucun chef d’accusation, affirmant que l’impasse était «extrêmement claire». Ils ont déclaré que des délibérations prolongées les avaient laissés «encore plus enracinés dans des points de vue opposés».

Après des notes précédentes, le juge les a exhortés à réessayer.

M. Shea a dû subir son procès seul après que Steve Bannon, ancien conseiller du président Donald Trump, a reçu le pardon présidentiel. 

Deux autres accusés ont plaidé coupables. L’affaire a été poursuivie à New York après qu’il a été déterminé que les donateurs du fonds venaient de partout dans le pays, y compris de New York.

Des accusations ont été déposées contre M. Shea après que des questions ont été soulevées sur la façon dont les dons ont été dépensés dans le cadre de la campagne «We Build The Wall» qui a permis de collecter environ 25 millions $ pour le mur. Seuls quelques kilomètres de mur ont été construits.

Les procureurs ont déclaré que M. Shea et d’autres organisateurs de la collecte de fonds avaient promis aux investisseurs que tous les dons financeraient un mur, mais M. Shea et les autres ont finalement empoché des centaines de milliers de dollars pour eux-mêmes.

Les avocats de l’homme d’affaires ont soutenu qu’il avait agi honorablement concernant la campagne de financement et qu’il n’avait pas commis de crime.

Timothy Shea, de Castle Rock, au Colorado, possède la société de boissons énergisantes Winning Energy dont les canettes abordent une image de superhéros de Donald Trump sous forme de dessin animé, et prétendent contenir «12 oz de larmes libérales». 

Les divergences entre les jurés ont été révélées pour la première fois jeudi lorsque 11 jurés ont déclaré dans une note au juge qu’ils demandaient à l’unanimité qu’un juré soit remplacé par un autre. Ils ont indiqué que le juré en question avait exprimé un parti pris antigouvernemental et avait accusé ses collègues jurés d’être des libéraux.

En réponse à la note, la juge a interrogé le juré dans la salle d’audience en présence d’avocats des deux côtés.

Parmi ses questions, la juge Torres a demandé s’il avait des préjugés ou des opinions personnelles qui l’empêchaient d’être un juré juste et impartial.

Il a dit que non. Elle l’a donc laissé parmi les membres du jury.

Après avoir demandé à deux reprises l’annulation du procès jeudi, l’avocat de la défense John Meringolo a renouvelé sa demande par écrit vendredi pour bon nombre des mêmes motifs que la veille.

Il estime que le jury a violé les règles du secret en révélant trop de choses dans sa note demandant la disqualification d’un juré, et il a soutenu que le juge avait fait référence de manière inappropriée à des opinions politiques lorsqu’elle leur a lu une charge Allen. Cela vise à encourager les membres à reconsidérer leur position lorsque les jurés ne parviennent pas à s’entendre sur un verdict et qu’ils le signalent à un juge, qui peut alors leur donner des instructions supplémentaires. 

M. Meringolo a déclaré que ces instructions, à la lumière de ce qui s’était passé plus tôt dans la journée de jeudi, servaient seulement de moyen pour distinguer le juré «et de le pousser à rendre un verdict».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.