Éthique: Trudeau n’a pas respecté la date limite pour la divulgation au commissaire

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a de nouveau enfreint les règles fédérales en matière d’éthique — cette fois, en ne respectant pas la date limite pour déposer une déclaration d’intérêts financiers privés auprès du commissaire à l’éthique.

Chaque député est tenu de déposer une déclaration dans les 60 jours suivant la publication de son élection dans la Gazette du Canada; dans le cas de M. Trudeau, la date limite était le 13 janvier.

Sur les 338 députés élus en octobre dernier, seulement 13, incluant M. Trudeau, n’avaient pas déposé leur déclaration au 5 février, la dernière fois que le bureau du commissaire Mario Dion a mis à jour un rapport d’étape sur le respect par les membres de l’obligation de divulgation.

Le bureau du premier ministre a affirmé que l’absence de divulgation était une erreur administrative qui est en train d’être corrigée.

Le rapport sur la conformité, disponible sur le site web du commissaire à l’éthique, doit être mis à jour à nouveau mercredi.

Au 5 février, les députés libéraux Wayne Easter et Hedy Fry, et les députés conservateurs John Barlow et Arnold Viersen, notamment, n’avaient pas encore déposé leur déclaration.

Il n’y a pas de pénalité pour le non-respect de l’échéancier pour ce document, dans lequel les députés sont censés détailler leurs propres intérêts privés et ceux des membres de leur famille, afin de se protéger contre une situation de conflit d’intérêts.

M. Trudeau a enfreint la Loi sur les conflits d’intérêts à deux reprises: en acceptant des vacances en famille en 2016 sur l’île privée des Bahamas appartenant à l’Aga Khan, milliardaire et chef spirituel des musulmans ismaéliens du monde; et en faisant pression indûment sur son ancienne procureure générale, Jody Wilson-Raybould, pour qu’elle intervienne afin d’arrêter les poursuites criminelles contre le géant montréalais de l’ingénierie SNC-Lavalin.

Les plus populaires