Étiquetage unilingue de produits dangereux: «loin d’être idéal», convient Trudeau

OTTAWA — L’étiquetage en anglais seulement de certains produits dangereux est «loin d’être idéal», selon le premier ministre Justin Trudeau. Mais la situation a été rendue nécessaire par le contexte de la pandémie de COVID-19.

Dans les dernières semaines, Santé Canada a adopté des mesures provisoires pour autoriser la distribution de désinfectants et antiseptiques au Canada avec des étiquettes en anglais seulement.

Cette mesure a été étendue lundi à des produits nettoyants assujettis à la Loi sur les produits dangereux.

Santé Canada explique sur son site web que la pandémie «a créé une situation sans précédent où l’offre ne suffit pas nécessairement à la demande».

M. Trudeau a fait écho à cette explication lorsqu’il a été questionné à ce sujet par des journalistes, mardi.

«Ce n’est pas quelque chose qui devrait être accepté au Canada et c’est vraiment juste la situation extrême dans laquelle on se trouve où on a choisi de le permettre», a-t-il offert.

«Mais on préférerait que ça ne se passe pas parce que cette dualité linguistique est pas juste une question d’identité canadienne, c’est aussi une question de sécurité pour les consommateurs», a-t-il ajouté.

M. Trudeau s’attend donc «à ce que les compagnies travaillent très fort pour essayer de rectifier ces situations», mais n’exclut pas de permettre d’autres produits avec un étiquetage unilingue.