Étude: une hausse des prix alimentaires de 4% est prévue en 2020

HALIFAX — Compte tenu de l’éclosion récente de la pandémie de COVID-19, deux observatoires canadiens de l’industrie agroalimentaire publient mardi une mise à jour de leurs prévisions qui annonce que les prix des denrées alimentaires devraient augmenter de 4 % en 2020.

Le Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, et l’Institut alimentaire Arrell de l’Université de Guelph, en Ontario, prévoient que les plus fortes hausses de prix toucheront les fruits, les légumes et les produits de boulangerie.

En revanche, une baisse considérable des prix devrait être observée dans les restaurants. 

En décembre dernier, les chercheurs prévoyaient que les prix des aliments augmenteraient de 2 à 4 %, et de 4 à 6 % pour la viande.

À la lumière de la crise de la COVID-19, ils affirment que les prix des denrées augmenteront tout au plus de 4 % cette année.

Cependant, puisque les secteurs de la vente au détail et de la transformation sont soumis à une pression extrême pour modifier les pratiques de sécurité alimentaire, il y aura besoin de plus de travail et de personnel. De plus, les achats et la livraison en ligne augmenteront probablement le coût des aliments au fil du temps.

D’autre part, le fort recul récent de la valeur du dollar canadien, associé à l’effondrement du cours mondial du pétrole, affecte déjà les prix de certaines denrées, notamment les fruits et légumes frais, même si les coûts de transport diminuent. Les importateurs de ces produits frais doivent payer plus cher avec un dollar qui ne se négociait lundi après-midi qu’à 70,64 cents US sur le marché des devises. 

Les chercheurs des deux universités affirment que si la devise canadienne continue de baisser, des produits en conserve et de nombreux autres aliments transformés coûteront plus cher à importer au Canada.

Entre-temps, partout dans le monde, les récoltes sont abondantes, mais les prix ne progressent pas en raison de la faiblesse de la demande. Il en est de même pour les prix du porc et du bœuf.

Quant à l’industrie du service alimentaire, elle est décimée par la crise de la COVID-19, selon les chercheurs. Au Canada, les restaurants génèrent normalement plus de 90 milliards $ de ventes par année. Presque du jour au lendemain, la capacité de ce secteur à générer des revenus au-delà de la livraison ou de la collecte a été stoppée.

La mise à jour de l’étude indique aussi que les salaires ont augmenté de 5 à 15 % depuis quelques semaines pour plus de 250 000 employés travaillant dans plus de 5000 marchés d’alimentation au Canada. Ils sont désormais contraints à suivre de nouvelles formations et à effectuer de nouvelles tâches liées à l’assainissement. 

La plupart des employeurs se sont engagés à augmenter les salaires jusqu’au début du mois de mai, mais selon les chercheurs, cette mesure pourrait être prolongée si le recrutement devient un défi pendant l’épidémie et au-delà.

Par ailleurs, les chercheurs affirment qu’il est approprié que les marchés d’alimentation affichent désormais des consignes limitant le nombre d’articles que les clients peuvent acheter par visite, afin d’éviter le stockage inutile.

Les plus populaires