Évacuations à Kherson et tirs de roquettes ailleurs en Ukraine

KYIV, Ukraine — Les autorités russes en Ukraine ont ordonné samedi à tous les résidents de la ville de Kherson de quitter «immédiatement», soit avant une avancée attendue des troupes ukrainiennes qui mènent une contre-offensive pour reprendre l’une des premières zones urbaines que la Russie a envahies dans ce pays. 

Dans une publication sur le service de messagerie Telegram, l’administration régionale pro-Kremlin a appelé les civils à utiliser les traversées en bateau pour se déplacer plus profondément dans le territoire détenu par la Russie, citant une situation tendue sur le front et la menace de bombardements et d’attaques «terroristes» présumées par Kyiv.

La ville de Kherson est aux mains des Russes depuis les premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de cette guerre qui dure depuis près de huit mois. La ville est la capitale d’une région du même nom, l’une des quatre que le président russe Vladimir Poutine a illégalement annexées le mois dernier, y décrétant la loi martiale russe jeudi. 

Vendredi, les forces ukrainiennes ont bombardé les positions russes à travers la province, ciblant les routes de ravitaillement des forces pro-Kremlin à travers le fleuve Dniepr et se rapprochant d’un assaut complet sur la ville de Kherson. L’Ukraine a repris certains villages du nord de la région depuis le lancement de sa contre-offensive à la fin août. 

Des responsables installés en Russie auraient tenté désespérément de transformer la ville de Kherson — un objectif de premier ordre pour les deux parties en raison de ses principales industries et ports — en forteresse tout en tentant de relocaliser des dizaines de milliers de résidents.

Selon l’état-major général de l’armée ukrainienne, le Kremlin a envoyé jusqu’à 2000 conscrits dans la région environnante pour compenser les pertes et renforcer les unités de première ligne.

Le fleuve Dniepr occupe une place importante dans la bataille régionale parce qu’il remplit de multiples fonctions critiques. Il fournit des postes de ravitaillement, des troupes et des civils, de l’eau potable pour le sud de l’Ukraine et la péninsule de Crimée annexée, et de l’électricité à partir d’une centrale hydroélectrique. 

Une grande partie de la région, y compris la centrale électrique et un canal alimentant la Crimée, est contrôlé par l’armée russe. 

Les autorités soutenues par le Kremlin de Kherson ont déjà annoncé des plans pour évacuer tous les fonctionnaires nommés par la Russie et jusqu’à 60 000 civils de l’autre côté de la rive, ce qui, selon le leader local Volodymyr Saldo, serait un «déplacement organisé et progressif». 

Un autre officiel installé en Russie a estimé samedi qu’environ 25 000 personnes de la région avaient fait leur chemin sur le Dniepr. Dans un message du Telegram, Kirill Stremousov a affirmé que les civils déménageaient volontiers.

Tirs de missiles ailleurs en Ukraine

Ailleurs en Ukraine, des centaines de milliers de personnes dans le centre et l’ouest du pays se sont réveillées samedi avec des pannes de courant et sous le son de rafales de tirs périodiques. Dans sa dernière tactique de guerre, la Russie a intensifié les frappes contre les centrales électriques, les systèmes d’approvisionnement en eau et d’autres infrastructures clés à travers le pays.

La force aérienne de l’Ukraine a déclaré samedi que la Russie avait lancé «une attaque massive de missiles» ciblant « les infrastructures essentielles », ajoutant qu’elle avait abattu 18 des 33 missiles de croisière lancés depuis les airs et la mer. 

Dans une publication sur Telegram publiée plus tard samedi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait référence à 36 missiles, dont la plupart ont été abattus. La raison de l’écart dans les chiffres n’était pas immédiatement claire.

Les sirènes des raids aériens ont retenti deux fois en Ukraine en début d’après-midi, envoyant les résidents se précipiter dans des abris alors que la défense aérienne ukrainienne tentait d’abattre des drones explosifs et des missiles. 

« Plusieurs roquettes » visant la capitale ukrainienne ont été abattues samedi matin, a déclaré le maire de Kyiv, Vitali Klitschko, sur Telegram. 

Le bureau du président a déclaré dans sa mise à jour du matin que cinq drones ont été abattus dans la région centrale de Tcherkassy au sud-est de la capitale.

Dans un autre gazouillis sur les réseaux sociaux samedi, le conseil municipal a exhorté les résidents à stocker l’eau courante «qui pourrait disparaître en moins d’une heure».  

Le maire de Loutsk, une ville de 215 000 habitants ans l’extrême ouest de l’Ukraine, a fait un appel similaire samedi. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.