Évaluation des projets énergétiques: Ottawa prévient le gouvernement albertain

Ottawa met en garde le nouveau gouvernement conservateur de l’Alberta de ne pas abolir le plafond légal de 100 millions de tonnes de gaz à effet de serre qui peuvent être émises chaque année par l’exploitation des sables bitumineux dans cette province.

Le gouvernement fédéral a finalement publié la liste des projets énergétiques qui feraient l’objet du nouveau processus proposé pour l’évaluation des impacts environnementaux; on vise notamment de gros oléoducs interprovinciaux, de grands barrages hydroélectriques et des parcs éoliens en mer.

Cette liste prévoit que les nouveaux projets de forage de sables bitumineux n’auraient pas à passer le test de l’évaluation environnementale tant que serait respecté le plafond provincial de 100 millions de tonnes par année fixé par l’ancienne première ministre néo-démocrate Rachel Notley.

Son successeur, le conservateur Jason Kenney, assermenté mardi, a été très critique de ce plafond, mais il affirme aujourd’hui que la marge est suffisante actuellement pour l’exploitation libre des sables bitumineux, et il estime que cette limite ne constitue pas une préoccupation immédiate.

La liste de projets était la pièce manquante de cette vaste réforme promise depuis longtemps par les libéraux à Ottawa afin d’évaluer l’impact des grands projets énergétiques sur l’environnement, la santé publique, les communautés et l’économie.

Plusieurs lobbyistes du secteur pétrolier et des provinces ont formulé de nombreuses critiques à propos du processus proposé par Ottawa. Mais comme on ignorait encore la liste des projets qui seraient touchés, les opposants ne pouvaient pas mesurer précisément l’impact de la réforme proposée.

Le projet de loi C-69, déposé en février 2018, est actuellement étudié par le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles. 

Les plus populaires