«Exclusion» dans l’attribution de chaires de recherche: une motion bloquiste défaite

OTTAWA — Une majorité d’élus fédéraux ont rejeté mercredi une motion bloquiste visant à mettre fin  à «l’exclusion presque systématique» dans les embauches, en vertu du programme des Chaires de recherche du Canada (CRC), de candidats qui ne sont pas des personnes vivant avec un handicap, issues de minorités visibles, des Autochtones ou des femmes.

Le texte de la motion pressait le gouvernement «de revoir les critères du programme (des CRC) afin de s’assurer que l’attribution des subventions se fasse en fonction de la science et non pas en fonction de critères identitaires ou sans lien avec l’objet de la recherche».

Elle a été battue par 178 voix, malgré 148 votes en faveur. Les conservateurs ont appuyé les bloquistes, mais néo-démocrates et libéraux se sont opposés.

En point de presse mardi, le leader parlementaire bloquiste Alain Therrien avait qualifié les cibles d’inclusion et d’équité du programme des CRC de «bonne idée au départ (qui) a amené des conséquences plus néfastes et plus négatives».

«Finalement ils ont imposé des quotas et ont décidé d’exclure presque systématiquement des candidatures qui ne correspondent pas à (aux) quatre caractéristiques (identifiées).»

Le plan en matière d’équité, de diversité et d’inclusion du programme des CRC fixe des pourcentages à atteindre, d’ici, 2029, pour les postes titulaires des chaires. Quatre catégories sont assorties de cibles, soit les personnes vivant avec un handicap, issues de minorités visibles, des Autochtones ou des femmes.

La cible est de 22 % pour ce qui est des personnes issues des minorités visibles.

«À Rimouski, dans ma circonscription, on est à 2 % et pourtant toutes les universités doivent atteindre (…) un seuil de 22 % de personnes de minorités visibles. C’est une aberration qui est causée par l’approche du gouvernement fédéral», avait dit le porte-parole bloquiste en matière d’innovation et de sciences, Maxime Blanchette-Joncas.

Les seuils de diversité du programme des CRC ont fait la manchette à la fin mars, quand l’humoriste Guy Nantel a dénoncé que «l’homme blanc non handicapé» était exclu d’un appel de candidature de l’Université Laval fait en vertu du programme sous l’égide d’Ottawa.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.