Exercice militaire des Forces armées canadiennes aux îles de Boucherville

MONTRÉAL — Des centaines de réservistes des Forces armées canadiennes (FAC) participeront à un exercice militaire à proximité de Montréal. Jusqu’au 31 octobre, des manœuvres militaires se dérouleront de jour et de nuit dans le secteur des îles de Boucherville, plus précisément aux îles Charron, Sainte-Thérèse et Bourdon. 

La population peut s’attendre à voir des déplacements de troupes, de véhicules militaires, des survols d’hélicoptères et à entendre des coups de feu de manière intermittente. Des munitions à blanc et des pièces pyrotechniques seront utilisées. Les bruits seront maintenus au minimum la nuit afin de minimiser les impacts pour les résidents du secteur. 

Les 375 réservistes participant à l’exercice intitulé «XERUS ENDURCI» pourraient pratiquer des exercices de communication, de la manipulation d’équipement, de la planification des stratégies et «des mouvements complexes entre les différentes entités.»

«Les scénarios mis en place sont des scénarios avec des situations très complexes, mentionne le capitaine Davy Chan. Ça peut aussi intervenir dans des scénarios d’aide au support local, que ça soit national, donc à l’interne du pays ou des situations complexes qui pourrait arriver à l’international.»

L’objectif est de faire participer les membres «à travers l’ensemble du processus de planification jusqu’à l’exécution sur le terrain.»

Les membres des FAC pratiqueront aussi des procédures de combat. Cet entraînement vise à confirmer les compétences acquises par les militaires dans différents milieux et différentes conditions. 

«Il y a plusieurs équipes mises en place pour un «shift» de 24 heures. (…) Normalement l’exercice se passe complètement de jour et de nuit pour justement donner un scénario réaliste», explique le capitaine Davy Chan. 

Il fait savoir que les îles ont été choisies puisqu’elles amènent «un secteur d’entraînement réaliste qui pourrait avoir lieu pour des opérations nationales ou internationales.»

M. Chan indique que les FAC ont des obligations chaque année en termes d’exercice. «Le but est de confirmer qu’on est en mesure de travailler avec l’ensemble des partenaires et valider la qualification de nos membres», précise M. Chan. 

La planification de l’exercice a été effectuée en collaboration avec les autorités municipales, l’Armée canadienne, la Marine royale canadienne, l’Aviation royale canadienne et la Garde côtière canadienne.

«Ce sont des exercices qui font partie du système d’entraînement pour assurer la préparation opérationnelle des membres, qui sont pour la plupart réserviste», précise la lieutenante de vaisseau Kary-Anne Poirier. 

Un réserviste est un soldat à temps partiel, qui est amené de temps en temps à participer à des opérations, à s’entraîner et à se former en tant que militaire des FAC.

Les entraînements effectués hors de la base apportent «beaucoup de réalisme», indique Mme Poirier. Cela constitue aussi un nouveau terrain sur lequel les membres réserviste peuvent pratiquer leurs manœuvres militaires. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.