EXPLICATIONS: qui est menacé par la fumée des feux de forêt?

BILLINGS, Mont. — La fumée produite par les feux de forêt qui brûlent dans l’ouest du Canada et des États-Unis recouvre presque tout le continent, jusque sur la côte Est, à des milliers de kilomètres de là.

Les experts préviennent qu’on devra s’y habituer, puisque les changements climatiques verront ce genre de catastrophes se multiplier.

«Ces feux vont brûler tout l’été, a dit Dan Jaffe, de l’Université de Washington. En termes de qualité de l’air, ce sera pire cette année partout au pays que lors d’une année moyenne.»

Les données scientifiques qui s’accumulent témoignent de plus en plus des dommages à long terme pour la santé que peut causer l’inhalation de particules de fumée microscopiques. Les autorités tentent de protéger la population des pires répercussions, mais elles peinent à rejoindre les communautés les plus vulnérables ou celles qui habitent très loin des incendies.

Un avertissement de smog a été lancé plus tôt cette semaine dans le sud du Québec, en raison de la fumée qui se dégage des feux qui brûlent dans l’Ouest. Plusieurs internautes ont partagé en ligne des images d’un soleil orangé, filtré par la fumée dans l’atmosphère.

POURQUOI Y A-T-IL AUTANT DE FUMÉE ET QUEL EST LE RISQUE?

Des décennies de lutte acharnée aux flammes ont mené à une accumulation de combustible, comme les arbres morts, dans les forêts. Les changements climatiques assèchent maintenant le terrain, permettant aux flammes de prendre naissance et de se propager plus facilement, alors que la population envahit des zones à risque.

On a recensé en 2021 au moins deux fois plus de jours où la qualité de l’air était mauvaise à travers les États-Unis qu’au cours des deux années précédentes, selon des données fournies à l’Associated Press par l’Environmental Protection Agency des États-Unis. Les feux de broussailles et de forêt sont probablement responsables de l’essentiel de cette détérioration, croient des experts.

Quelque 11 000 kilomètres carrés de terrain ont jusqu’à présent été incinérés aux États-Unis cette année, contre 12 500 kilomètres carrés au Canada, ce qui a un impact direct sur la quantité de fumée produite. C’est moins que la moyenne annuelle sur dix ans à ce moment-ci de l’année dans les deux pays, mais les experts croient que la situation pourrait se détériorer alors que la sécheresse qui touche 85 % de l’Ouest s’intensifie.

La fumée produite par les feux de forêt contient des centaines de produits chimiques, dont plusieurs qui peuvent être toxiques en grande quantité. Les responsables de la santé publique utilisent la concentration de particules dans l’air pour évaluer l’ampleur du danger pour le public.

Lors d’années précédentes particulièrement difficiles à ce chapitre, les incendies dans l’Ouest produisaient plus d’un million de tonnes de particules par année, selon le Forest Service des États-Unis.

Les scientifiques associent notamment une exposition prolongée à la fumée à une réduction de la fonction pulmonaire, à un système immunitaire affaibli et à des taux plus élevés de grippe. À court terme, les gens plus vulnérables peuvent être hospitalisés et même décéder, selon des experts.

La fumée peut être encore plus dangereuse quand des communautés brûlent, puisque les maisons et édifices qui sont incendiés peuvent contenir des plastiques et autres produits chimiques.

OÙ SONT LES INCENDIES?

Près de 80 feux de bonne taille brûlent aux États-Unis. Le plus gros, le feu Bootleg dans l’Oregon, recouvre maintenant 1600 kilomètres carrés, soit la moitié de la superficie du Rhode Island.

On recense aussi 200 feux en Ontario et au Manitoba.

La météo et l’intensité des flammes déterminent qui sera affecté par la fumée. Les incendies énormes génèrent tellement de chaleur qu’ils peuvent créer leurs propres nuages, ce qui aspirera la fumée en haute altitude.

Le panache formé par les feux du Canada et des États-Unis a recouvert une bonne partie du continent au cours des derniers jours. La fumée peut causer des problèmes de santé à des milliers de kilomètres de distance, même si elle a perdu son odeur caractéristique.

Les gens qui souffrent de problèmes respiratoires, comme l’asthme, sont appelés à prendre toutes les précautions nécessaires.

COMMENT EST-CE QUE JE PEUX ME PROTÉGER?

Suivez les conseils des autorités et, au besoin, réduisez vos activités extérieures pour minimiser votre exposition. Laissez les portes et fenêtres fermées, et utilisez un filtre pour nettoyer l’air intérieur. Des masques peuvent filtrer la fumée. Comme dans le cas de la COVID-19, les masques N95 peuvent bloquer les plus petites particules.

Plusieurs cartes interactives mises en ligne par le Canada et les États-Unis brossent un portrait de la situation.

—–

Sur internet:

https://firesmoke.ca/forecasts/current/

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.