Exploitation d’enfants sur le web: message de la police aux parents

MONTRÉAL — Deux corps de police québécois avertissent les parents qu’en cette période de confinement au cours de laquelle leurs enfants passent plus de temps en ligne, ils sont davantage exposés aux dangers de l’exploitation sexuelle sur Internet.

Dans un communiqué conjoint, la Sûreté du Québec (SQ) et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rappellent que l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet peut prendre différentes formes.

Certains cyberprédateurs persuadent l’enfant de produire du matériel de nature sexuelle en le manipulant ou le menaçant. D’autres font semblant de faire partie du même groupe d’âge ou se font passer pour des adultes de confiance afin d’établir un lien avec le jeune et ultimement, le rencontrer et l’exploiter.

La police ajoute que parfois, ce sont les jeunes qui produisent et partagent sur diverses plateformes web des images intimes d’eux-mêmes sans toutefois prendre conscience de toutes les conséquences de ce genre de comportement.

Puisque toute forme de contenu à caractère sexuel impliquant des mineurs est illégale, la police demande aux parents de rester vigilants et de porter une attention particulière à l’utilisation que leurs enfants font des appareils électroniques et à leurs activités sur Internet.

Plus tôt cette semaine, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait elle aussi appelé à la vigilance des parents.

La police fédérale signalait un facteur de risque de plus: les enfants ne sont plus souvent en communication avec certaines personnes pouvant signaler ce type d’infraction à la police, par exemple les enseignants, les professionnels de la santé et les travailleurs sociaux.