Explosion à Beyrouth: le conseil des ministres du Liban démissionne en bloc dans

BEYROUTH — Le conseil des ministres du Liban a remis sa démission en bloc, une décision prise sous la pression de plusieurs élus qui ont déjà claqué la porte ou exprimé leur intention de le faire en signe de protestation, dans la foulée de la double déflagration qui a ravagé la capitale la semaine dernière.

C’est ce qu’a indiqué le ministre de la Santé, Hamad Hassan, à l’issue d’une rencontre du cabinet lundi.

Le premier ministre Hassan Diab devait se rendre au palais présidentiel pour officialiser le tout.

La double explosion du 4 août a provoqué une nouvelle vague d’indignation contre le gouvernement et la classe dirigeante bien établie au Liban. D’importantes manifestations ont vu des affrontements avec les forces de sécurité qui ont tiré des gaz lacrymogènes sur les protestataires au cours du week-end.

La déflagration de mardi dernier aurait été causée un incendie à proximité d’un stock de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium. La substance était entreposée dans le port de Beyrouth depuis 2013 avec des mesures de sécurité minimes, en dépit de nombreux avertissements.

Les Libanais pointent du doigt la corruption et la négligence de leurs dirigeants. La catastrophe a fait au moins 160 morts et 6000 blessés, en plus de détruire le port le plus important au pays et de ravager une bonne partie de la capitale. Près de 300 000 personnes se sont retrouvées à la rue. Les pertes dues à cette tragédie s’élèveraient entre 10 et 15 milliards $ US.

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées à la suite de l’explosion, dont le responsable de l’administration des douanes et son prédécesseur, ainsi que le dirigeant du port. Des dizaines d’autres ont été interrogés, dont deux anciens ministres, indiquent des représentants gouvernementaux.

Dimanche, près de 300 millions $ ont été promis en aide humanitaire par la communauté internationale, qui réclame toutefois des réformes politiques et économiques avant d’apporter son soutien au gouvernement pour la reconstruction de Beyrouth.

Laisser un commentaire