Explosion et effondrement partiel d’un pont entre la péninsule de Crimée et la Russie

KHARKIV, Ukraine — Une explosion samedi a causé l’effondrement partiel d’un pont reliant la péninsule de Crimée à la Russie, endommageant une artère d’approvisionnement clé pour l’effort de guerre chancelant du Kremlin dans le sud de l’Ukraine. 

Un camion piégé a causé l’incendie de sept wagons de chemin de fer transportant du carburant, ce qui a entraîné «l’effondrement partiel de deux sections du pont», selon les autorités russes. Trois personnes ont été tuées, dont un  homme et une femme circulant dans un véhicule de l’autre côté du pont.

La déflagration a eu lieu même si tous les véhicules traversant le pont sont contrôlés pour les explosifs par des systèmes de contrôle de pointe.

Le président du parlement régional soutenu par le Kremlin en Crimée a immédiatement accusé l’Ukraine d’être à l’origine de l’explosion, bien que Moscou n’ait pas attribué la faute. Les responsables ukrainiens ont menacé à plusieurs reprises de frapper le pont et certains ont salué sa destruction, mais Kyiv n’a pas revendiqué la responsabilité de cette attaque. 

La destruction de cette infrastructure risque de provoquer une escalade de la tension dans la guerre de huit mois de la Russie en Ukraine. Certains législateurs russes appellent le président russe Vladimir Poutine à déclarer une «opération de contre-terrorisme» en représailles, supprimant les termes «opération militaire spéciale» qui semblaient minimiser l’ampleur des combats aux citoyens russes ordinaires.

Une telle mesure pourrait être utilisée par le Kremlin pour élargir les pouvoirs des agences de sécurité, interdire les rassemblements, renforcer la censure, introduire des restrictions sur les voyages et élargir une mobilisation militaire partielle que Poutine a ordonnée le mois dernier.

Quelques heures après l’explosion, le ministère russe de la Défense a annoncé que le chef de l’armée de l’air, le général Sergueï Surovikine, serait nommé commandant de toutes les troupes russes qui combattent en Ukraine. Il s’agissait de la première nomination officielle d’un seul commandant pour toutes les forces russes en Ukraine.

Surovikine, qui pendant l’été était commandant des troupes russes dans le sud de l’Ukraine, avait dirigé les forces russes en Syrie et a été accusé de superviser un bombardement brutal qui a détruit une grande partie de la ville d’Alep.

Samedi, un responsable soutenu par le Kremlin dans la région ukrainienne de Kherson a annoncé une évacuation partielle des civils de la province méridionale, l’une des quatre illégalement annexées par Moscou la semaine dernière, au milieu d’une contre-offensive ukrainienne. 

Parallèlement, Moscou continue à subir des pertes sur les champs de bataille.

Le pont Kertch de 19 kilomètres, qui traverse le détroit de Kertch et relie la mer Noire à la mer d’Azov, est un symbole tangible des revendications de Moscou sur la Crimée. Il fournit un lien essentiel à la péninsule, que la Russie a annexée à partir de l’Ukraine en 2014. Le pont de 3,6 milliards de dollars, le plus long d’Europe, a ouvert en 2018. Il est essentiel au maintien des opérations militaires de la Russie dans le sud de l’Ukraine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.