Le bilan des victimes des attentats au Sri Lanka grimpe à plus de 290 morts

COLOMBO, Sri Lanka — Le bilan des victimes des attentats qui ont assombri les célébrations de Pâques au Sri Lanka, dimanche, ne cesse de s’alourdir pour passer à plus de 290 morts et 500 blessés, dont plusieurs étrangers.

Les autorités affirment que les six premières explosions, presque simultanées, ont secoué dimanche trois églises, en pleine messe de Pâques, ainsi que trois hôtels de luxe fréquentés par des touristes.

Les déflagrations sont survenues à Colombo et dans sa banlieue.

Les deux dernières explosions sont survenues plusieurs heures plus tard, tuant deux civils et trois policiers qui s’apprêtaient à interroger des suspects dans une résidence à Dematagoda, en banlieue de Colombo, selon ce qu’a indiqué un porte-parole de la police Ruwan Gunasekara.

Ces attentats n’ont pas été revendiqués, mais les autorités ont indiqué avoir procédé à l’arrestation de 13 suspects. Le ministre de la Défense, Ruwan Wijewardena, a dit qu’il s’agissait d’attaques-suicides perpétrées par des extrémistes religieux. Personne n’a encore revendiqué la responsabilité des attentats.

Selon le ministre des Affaires étrangères, au moins 27 étrangers figurent parmi les victimes. Selon Affaires mondiales Canada, il n’y aurait aucun Canadien parmi les victimes.

Ces attaques sont les plus meurtrières depuis la fin de la guerre civile au Sri Lanka, il y a une décennie. Elles ont suscité des messages de soutien de partout à travers le monde, de sympathie et de solidarité envers le peuple sri lankais.

Le premier ministre Justin Trudeau a réagi aux attaques par le biais de son compte Twitter en indiquant notamment que «le Canada condamne avec vigueur les attaques haineuses commises contre les chrétiens dans des églises et des hôtels.»

Le président américain Donald Trump s’est aussi tourné vers Twitter pour offrir ses sincères condoléances aux familles des victimes, indiquant toutefois erronément que «138 millions de personnes» ont perdu la vie dans les attentats au Sri Lanka.

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a, pour sa part, indiqué être «en état de choc», avant d’offrir l’aide d’Israël aux autorités du Sri Lanka en ces temps difficiles.

L’archevêque de Paris, Michel Aupetit, dont la cathédrale Notre-Dame a été ravagée par les flammes, a demandé ouvertement «Pourquoi tant de haine, en ce jour de Pâques, où nous fêtons l’amour?», dans un gazouillis sur son compte Twitter également.

Des groupes musulmans au Sri Lanka ont condamné les attentats.

Les plus populaires