Le ministère de la Nouvelle normalité s’invite chez un concessionnaire

MONTRÉAL — Une demi-douzaine de membres du «ministère de la Nouvelle Normalité» (MNN), un organisme satirique, ont fait irruption chez le concessionnaire Boulevard Dodge samedi avant-midi, dans l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal, pour remorquer certains de ses véhicules.

Deux militantes écologistes habillées d’uniformes bleus ont établi un périmètre de ruban jaune autour de quatre Jeep Cherokee et Grand Cherokee pour les «mettre en quarantaine» et «procéder à un rappel immédiat». L’une d’entre elles a fait jouer la sirène d’un mégaphone.

Les militants ont ensuite appelé une remorqueuse pour venir chercher les voitures, qualifiées de «VUS les plus polluants».

Hélène Touze, porte-parole et «sous-ministre des Politiques technologiques», a déclaré qu’«il faut se débarrasser le plus vite possible de ces véhicules, car ils sont un danger pour la santé publique».

«Nous pensons que c’est vraiment critique de les retirer de la circulation», alors que nous sommes «en contexte de crise climatique», a-t-elle ajouté.

Le directeur financier du magasin, Marvin Andrade, s’est interposé avant que le conducteur de la remorqueuse, qui n’était pas au courant de la mise en scène, ne touche aux automobiles.

«Tout le monde a le droit de s’exprimer, a-t-il dit aux militants, mais faire des choses comme ça, je ne pense pas que c’est la bonne manière de défendre votre cause. […] Je respecte votre opinion, et vous, vous avez le droit de respecter ce que nous sommes».

Les membres du MNN ont quitté les lieux sans grabuge après une trentaine de minutes, en laissant leur cordon de sécurité autour des Jeeps.

Le gouvernement de François Legault prévoit interdire la vente de véhicules à essence en 2035, une date considérée trop tardive par les militants.

Nouvelle normalité

Le «ministère de la Nouvelle Normalité» a comme slogan «un retour à la normale n’est pas normal». Il s’agit, selon Mme Touze, d’«un groupe théâtral, activiste et humoristique» qui s’inspire du discours entourant la pandémie de COVID-19.

«On fait et on dit ce que, selon la science, nos gouvernements devraient vraiment faire», soit des actions aussi sérieuses que celles qui ont été prises pour contrer la crise sanitaire.

Le MNN, fondé au printemps 2020 , compte 1800 abonnés sur sa page Facebook.

Le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, publié en 2018, prévient qu’un réchauffement de 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels créerait des «événements météorologiques extrêmes» et des «sécheresses», en plus de «l’élévation du niveau de la mer» et de «l’extinction d’espèces».

Selon ses estimations, si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas limitées, cette température devrait être atteinte «entre 2030 et 2052».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.